Share

Cuisine antillaise chez Babette de Rozière

Par : Christel Caulet. Catégories : Blog Gastronomie, Grands chefs

Cuisine antillaise chez Babette de Rozière. Babette de Rozière, le chef réputé des Antilles, nous a reçu dans son salon pour nous mettre l’eau à la bouche. Interview avec rhum à volonté…

Cuisine antillaise chez Babette de Rozière

Cuisine antillaise chez Babette de Rozière

Cuisine antillaise chez Babette de Rozière

En quelques années, Babette de ROZIÈRE a su imposer son style et sa sympathie à l’écran télévisuel  grâce à l’émission qui cartonne C’est à vous sur France 5. Elle fait aussi la pluie et le beau temps sur France O avec deux émissions qui captive l’audimat.

Jet lag-trips : Comment avez vous réussi à mettre autant en avant la cuisine créole à l’écran ?

Babette de Rozière : J’ai commencé ma carrière à l’ORTF. A l’époque, c’était très sympa. Puis en désaccord avec la ligne éditoriale, j’ai quitté le navire. Je suis alors arrivée en métropole où je me suis inscrite en fac d’histoire. Je m’y ennuyais fermement. Jusqu’au jour où j’ai décidé de me lancer dans la cuisine. J’ai ouvert un tout petit restaurant en 1978. Il y a avait à peine deux tables. Ensuite, je suis partie m’installe à Saint-Tropez où j’ai ouvert la Plage des Palmiers, puis Le jardin des gourmets et le Jardinet à Gosier, Le Clos d’Arbaud et La petite Rhumerie à Basse terre en Guadeloupe. Un jour, j’ai tout revendu pour ouvrir La villa créole à Paris ainsi que La table de Babette en 1993 à Poissy. J’ai  voulu refaire de la télé et proposer autre chose que ce qui était proposé à l’époque. C’est comme cela que j’ai commencé des chroniques avec Sophie Davant dans l’émission C’est au programme et Télématin, sur France 2.  En 2005 j’ai racheté Le Jamin, restaurant créé par Joël Robuchon que j’ai revendu dans la foulée. Si on m’avait dit qu’un jour je reprendrai un restaurant de Robuchon, je ne l’aurai jamais cru. C’était un rêve. Quatre ans plus tard, je commençais  à collaborer dans l’émission de France 5 : C à vous.

Jet-lag-trips : Comment passe-t-on de l’univers de la télévision à la gastronomie sans aucune formation ?

Babette de Rozière : Non, cela n’était pas facile mais c’est uniquement l’envie et la passion de ce que j’allais faire  qui m’ont poussé. J’ai gravi les échelons progressivement. J’avais quand même l’habitude de cuisiner pour des amis et puis, je devais avoir un grain de folie, doublé d’une énorme capacité de travail et d’organisation. J’adore l’ambiance dans les cuisines, j’ai un fort caractère qui m’a permis de faire ce que que je voulais faire surtout. C’est comme cela que j’ai mis en avant la gastronomie créole. C’est ma mère qui n’a pas du comprendre grand chose. Je n’étais jamais rentrée dans sa cuisine avant !

Jet-lag-trips : Comment expliquez vous cet engouement pour la cuisine créole ?

Babette de Rozière : Moi, je ne peux vous parler que de la cuisine créole parce que je ne sais rien faire d’autres. Quand on m’appelle pour me vendre des cèpes et du foie gras, qu’est ce que vous voulez que je réponde ? Ce n’est pas mon truc, c’est tout. La gastronomie créole plait parce qu’elle est simple et riche à la fois. Vous savez : le plat préféré des Français est le couscous ! Alors c’est normal que les gens veuillent découvrir autre chose dans leurs assiettes. NON ?

Jet-lag : Comment parvenez vous à concilier vos deux agenda ?

Babette de Rozière : Aujourd’hui, je sais que la cuisine et la télévision sont indispensables à mon équilibre.  Il suffit d’un peu d’organisation pour s’en sortir.

A propos...

Babette de Rozière

alias Babette de Rozière

Chef cuisinière

http://http://www.lacasedebabette.com/home.html

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

7 Comments

Leave a comment