Share

Déconnectée mais sûre de son chemin !

Rester connecté(e)

Déconnectée mais sûre de son chemin ! Qui parmi vous utilise encore un plan ou une carte papier lorsqu’elle voyage ? Dans un monde où les smartphones calculent les routes les plus courtes, on s’est dit que ce serait peut être pas mal de revenir aux bons vieux basiques qu’est la carte imprimée et la boussole pour nous aider à trouver le bon chemin… Personnalité et spontanéité n’ont jamais aussi bien fonctionné ensemble.

vieille carte - chemin

La bonne vieille carte pour être sûre de son chemin !

Déconnectée mais sûre de son chemin !

Vendredi, j’étais sur une route en Californie. Mais pas de connexion. Impossible avec ce satané Iphone de trouver une connexion aux alentours. Je me suis sentie prise au piège des nouvelles technologies. Finalement, j’ai attendu pas mal de temps sur les côtés de cette route immense qui traversait le désert. Puis, finalement, un pick-up américain s’est arrêté et un homme d’une soixantaine d’années en est sorti pour venir me demander si j’étais perdue. Bien sur avec son satané accent du Nevada, j’ai mis un peu de temps avant de le comprendre réellement. Mais non, je n’étais pas perdue, j’étais juste disconnected ! Nuance, mec ! Il a alors éclaté de rire – j’ai presque pu voir ses amygdales- en me rappelant que j’étais dans le désert au cas où je ne le saurais pas !

Je croyais qu’il allait repartir aussi vite qu’il était arrivé quand finalement, il s’est dirigé vers sa voiture. Il a ouvert la porte, a fouillé à l’intérieur et est revenu vers moi en tenant fièrement dans ses mains une carte de la région où nous étions. Car oui, avant nos smartphones, nos applis et Google maps, on se débrouillait autrement pour voyager. Bref, ce n’était pas comme aujourd’hui.

Sans GPS

En général, on utilisait bel et bien une carte papier. Vous savez, ces bouts de papier sur lesquels étaient dessinées les routes avec les noms de villes et même des hameaux. Ben, on s’en servait à l’époque pour tracer nos itinéraires. Le doigt sur la route où nous étions glissa alors sur le trait vert, le suivant avant de me faire remarquer où nous étions. La route continuait très certainement 2 ou 3 pages plus bas, mais je m’en fichais. J’ai bêtement souri devant ce document. J’ai alors pensé à mon mari qui m’aurait très certainement suggéré un autre itinéraire que celui que l’Américain venait de me montrer.

Évidemment on n’avait qu’une estimation du temps que cela allait prendre pour rejoindre la destination finale. Mais là, j’avais mieux, j’avais l’avis d’un fin connaisseur de ces routes. « Combien de temps avant de rejoindre cette autoroute ? » lui demandais-je ? « Oh, vous en avez encore pour une bonne heure et demie à vitesse normale. J’allais le remercier et le quitter quand celui-ci m’a gentiment attrapé le bras pour me remettre la carte en papier.  » Vous en aurez peut être à nouveau besoin. Pensez-y la prochaine fois !  » Je l’ai remercié en lui disant que non, cela devrait aller et que je devrais retrouver une connexion sous peu. Mais comme il insistait particulièrement j’ai fini par accepter son cadeau. Je suis donc repartie avec sa carte et j’ai pu regagner l’un des meilleurs hôtels de la Californie que j’avais réservé quelques jours plus tôt.

Tout ça pour vous dire que finalement la carte en papier a quelque chose de réconfortant, elle permet de déconnecter quelques minutes au lieu de vérifier nos adresses comme des cons avec nos applis. Pas besoin de Gps, la carte vous mène à l’endroit que vous vouliez. Certes, je suis peut être passée à côté de la plus belle attraction touristique à voir mais peu importe, j’ai pris mon temps et j’ai adoré ça !

Notez ce produit

Carte routière papier

par

Michelin

5 (basé sur 5 avis)

Rédigé par Sophie Bousquet

le 27 avril 2016

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

Leave a comment