Share

L’expérience Air France de trop !

Se déplacer

Hier j’étais à Turin, aujourd’hui, je suis en France. Je suis arrivée en fin de journée à l’aéroport Paris Charles de Gaulle, au terminal G en provenance d’Italie. Une expérience Air France de trop !

L'expérience Air France de trop !

L’expérience Air France de trop !

Pas de contrôle sécurité

Si je tenais ma carte d’identité à la main pour pouvoir mieux la dégainer, je n’ai à aucun moment eu besoin de la sortir. Pas un contrôle de police ! Et quand on sait que l’Italie reçoit sans le vouloir des milliers d’immigrés chaque jour, je m’interroge.  A l’heure des menaces terroristes, je suis très étonnée mais bon, en soit, cela ne m’a forcément beaucoup dérangée.

J’arrive donc terminal G de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et je dois aller au terminal F. C’est ce qui est écrit sur mon billet d’avion. Embarquement prévu à 20h30. Je me dirige au petit bonheur la chance, suivant les panneaux 2F. Enfin bref, passons. Tant bien que mal, j’entre dans une pièce d’où je ne peux pas ressortir. Ce qui a le don de mettre mes nerfs à rude épreuve, ayant un timing ultra serré pour prendre ma correspondance. Finalement, je trouve un bonhomme qui me dit qu’il faut prendre le bus à l’extérieur.

A la pêche aux informations !

Je cours, m’active pour attraper le bus, grimpe dans le dit bus et attends. Pendant 15 minutes. La pendule tourne et je me dis que je vais rater mon avion. Ah ça y est, on bouge enfin ! Nous voilà en direction du terminal 2F. J’arrive au terminal 2F. Je vois alors une entrée Air France vers laquelle je me dirige puisque je vois 3 mecs entrain de discuter sagement sans s’inquiéter un instant de savoir ce qui peut bien nous arriver. Oui, je suis avec deux Russes venus visiter la France. Pour un accueil, il a été froid. Mais bon, restons calme.

Je me dirige donc vers les 3 clampins qui, bien sûr, après avoir terminé leur conversation, me demandent d’un ton arrogant : « Que voulez-vous ?  » Je leur réponds alors :  » Des renseignements. Normalement, c’est pour cela que vous êtes payés. Enfin, je crois.  » A question con, réponse con. Je respire. Ils me prennent alors mon billet et me disent : « C’est pas là ! Vous n’êtes pas Sky Priority ». Merci pour l’info.

Un contrôle sécurité honteux

Je me calme, invite les Russes à me suivre (oui, je parle russe). Finalement, 50 mètres plus loin, je trouve enfin les contrôles sécurité. Là, j’attends mon tour, gentiment, me disant que c’est mort que je n’aurais jamais cet avion à 20h30. Je le dis une première fois calmement à la personne chargée des contrôles de sécurité. Mais la dame est mal lunée visiblement et se met à me gueuler dessus, qu’il faut que je décharge mes sacs de mes épaules parce que c’est la sécurité qui prime.

Bien sur, j’omettrai presque de mentionner que j’arrive d’Italie où on n’a pas eu un seul contrôle sécurité et où j’ai bien sur pu prendre mes sacs avec moi. Là, non, la bonne femme se met à pestiférer dans un français très limite. N’ayant plus de patience, j’ai le malheur de lui répliquer que moi-aussi je peux crier et que moi aussi j’ai des droits. Finalement, cette chèvre décide de continuer à me gueuler dessus et à m’envoyer enregistrer mes bagages, sans m’indiquer la direction à suivre. Cela aurait été trop simple et trop sympa, sans doute. Bref, je galope dans l’aéroport Roissy Charles de Gaulle avec ma valise et mes sacs qui sont donc trop lourds pour monter en cabine. J’ai toujours un avion à prendre, l’embarquement doit être en train de se terminer. Du moins c’est ce que j’imagine, sans doute l’expérience Air France de trop !

Chez Air France, 1 qui bosse pour 5 qui regardent ou discutent

Je repasse donc devant mes 3 clampins d’Air France en pleurant, parce que je suis à bout de nerfs. Finalement, une hôtesse Air France me voit en train de pleurer et vient alors à ma rencontre. Et très calmement m’informe que mon vol est en retard et que donc je ne le raterai pas. Gentiment, elle m’indique alors la direction à suivre pour aller enregistrer mon bagage. J’arrive à l’endroit et là, aussi, 3 types « Air France » discutent tranquillement sans s’inquiéter de connaitre ma situation. Finalement, l’un d’eux me voit les yeux rouges et comprend la situation.  J’enregistre alors mon bagage dans le calme avec un personnel très agréable qui me rassure en m’expliquant bien que le vol a eu un problème et que donc il partira plus tard.

Je retourne donc à la sécurité puisque je n’ai plus mes bagages, je me dis alors que je vais sans doute pouvoir passer. Et là, j’ai envie d’éclater de rire tellement la situation est ridicule. La bonne femme qui m’a traitée comme une merde quelques minutes plus tôt, ne regarde pas mon billet, ni même ma pièce d’identité. Elle préfère crier haut et fort : « Poussez-vous et laissez la passer !  » Les gens me regardent alors comme si j’avais remporté une médaille d’or aux Jeux Olympiques. Finalement, je parviens quand même à passer la sécurité sans trop de difficulté. Je me dirige alors vers ma porte d’embarquement et j’attends mon vol.

L’aéroport Roissy où rien ne marche !

Je ne serai pas totalement honnête si je ne mentionnais pas qu’évidemment les sièges avec des prises électriques ne marchent pas. Quel intérêt ! Je me calme, résignée à prendre ce vol et à rentrer chez moi vers Toulouse.

Tout ça pour dire qu’avant que je reprenne un avion  Air France, il s’en passera des événements. Attitude déplorable du personnel. Pour une personne qui fait bien son travail, il y en a 5 qui regardent !


Rédigé par Christel Caulet

le 20 avril 2017

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

5 Comments

  • Gloups, j’ai déaà lu un truc à l’année dernière sur la sécurité de cette compagnie, maintenant toi. Je gloups à l’idée de devoir les prendre pour aller aux States dans quelques mois.
    J’espère qu’au niveaau du Terminal E2, ils sont plus strictes et courtois surtout.

    • Ca va bien se passer, je te le souhaite vivement… Passe un bon voyage…

  • Ton article nous parle car on a connu la même chose en repartant de Milan vers CDG. Aucun contrôle à l’aéroport mais je pense que c’est d’abord une défaillance des autorités italiennes et non d’Air France…

    • Oui, c’est sur, ça ce n’est pas leur faute mais bon, quand même quand tu arrives à un endroit la moindre des choses pour le personnel c’est quand même de se renseigner sur ce que veut la personne. Enfin moi, c’est ce que je crois. Et là, cela n’a pas été du tout le cas ! Ils en avaient vraiment rien à foutre ! Et ça, ça m’énerve par dessus tout !

  • […] traitée correctement surtout quand on embarque dans un avion. J’ai récemment eu quelques déconvenues avec Air France et Easyjet mais je dois reconnaître que j’ai beaucoup de mal avec l’idée […]

Leave a comment