Share

Road-trip en Norvège vers le Preikestolen

Norvège

A peine le temps d’attérir à Stravanger que déjà nous récupérons notre véhicule pour notre Road-trip en Norvège vers le Preikestolen.

Road-trip en Norvège vers le Preikestolen

Road-trip en Norvège vers le Preikestolen

Road-trip en Norvège vers le Preikestolen

Alors que l’on récupère déjà notre véhicule, une grosse Volvo made in Sweden, on s’imagine déjà au volant de l’engin sur les routes de la Norvège. Le seul hic, nous ne sommes pas habitués à des boitiers électroniques sur les véhicules. Résultat : On patauge un bon moment sur le parking à essayer de démarrer le véhicule. Le tout étant encore moins facile quand toutes les explications sont écrites en norvégiens. Un peu le cauchemar, à vrai dire. Finalement après une bonne demie-heure à pianoter sur tous les boutons, on réussit même à programmer le gps inclus. Direction : Le Preikestolen, un des phénomènes naturels les plus impressionnants de Norvège pour une bonne randonnée de plus de 6 kms.

Les jolies maisons

Les jolies maisons

Sur la route, le décor est verdoyant. Incontestablement. Les maisons paraissent immenses, les voitures respectent les vitesses et le soleil est au rendez-vous. Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes. Les gens paraissent zen, ici. Souriants, accueillant. On s’arrête déjà dans une grande surface pour faire quelques courses alimentaires. A l’intérieur, c’est un choc pour nous de voir une bouteille de coca-cola à 5 €… Une boite de cookies 5 €… Que des crèmes pré-fabriqués… Bref, le niveau le plus nul que j’ai jamais vu en cuisine dans un pays. Par simple curiosité, je passe au rayon presse et je me rends vite compte de l’intérêt du pays pour les magazines outdoor. Pas un seul magazine qui trône ne parle de cuisine. Alarmant ! Même si je sais qu’il ne faut pas généraliser, c’est quand même assez inquiétant sur l’intérêt des Norvégiens sur ce qu’ils mangent. Qui plus est, je suis dégoûtée par les prix affichés. Oubliez le vin et la bonne bouffe…

Premiers pas en Norvège

Prendre des chemins en Norvège

Prendre des chemins en Norvège

On reprend la route, la musique à la radio est anglophone. On longe des petites routes et la mer. Face à nous, les fjords… C’est purement sublime. Mais il est déjà temps de prendre notre premier ferry. On avance un peu au hasard mais tout est très bien expliqué. C’est instinctif en fait. On paye et déjà on se gare derrière un véhicule, pris en sandwich. Vous avez le choix : Soit vous restez dans votre véhicule, soit vous sortez admirer la vue. On avance tranquillement pour finalement arriver à l’endroit où nous passerons notre première nuit, histoire de prendre nos marques.

Une jolie église

Une jolie église

Comme on a encore du temps devant nous après s’être installé, on décide d’aller découvrir les environs. Résultat : On trouve une petite plage où Julien réussit même à se baigner dans une eau frigorifiée. Puis on prend un petit apéro sur cette plage avant de retourner à notre camps pour cette soirée qui s’annonce détendue. L’heure est à la récupération.

Soirée tranquille dans un paysage grandiose

Soirée tranquille dans un paysage grandiose

Affronter le Preikestolen

A mi-chemin dans l'ascension du Preikestolen

A mi-chemin dans l’ascension du Preikestolen

Le lendemain matin, on part affronter le Preikestolen. Le lieu est réputé pour proposer une vue incroyable à plus de 600 mètres d’altitude. Mais son accès y est difficile. Grosso modo, vous allez en baver pendant 2 bonnes heures de marche sur un terrain bien glissant, des cailloux. Si le début est relativement facile, je commence à en baver réellement à mi-chemin. Là, il se met à pleuvoir, ce qui n’arrange pas la chose. Mais bon, heureusement que j’ai pu voir un morceau du décor avant que les conditions climatiques ne se dégradent.

La vue est sublime même si le temps se gate

La vue est sublime même si le temps se gate

Pour l’ambiance, le chemin est ultra connu en Norvège, donc vous y croiserez toute une ribambelle de gens venus faire leur randonnée, chacun y allant à son rythme bien sur. Mais ce n’est pas très agréable de grimper quand on entend des gens derrière vous qui soufflent ou râlent que cela ne va pas assez vite. Bref, pas mon meilleur souvenir de randonnée.

Le temps change vite au Preikestolen

Le temps change vite au Preikestolen

Quand j’arrive enfin à la fin de ce qui constitue cette randonnée, je suis dégoûtée, le temps s’est tellement dégradé qu’un épais brouillard s’est installé et que l’on ne voit rien à plus de 10 mètres. Ratés pour les photos… En haut, c’est plat, une plate-forme de 25 mètres sur 25. Pas une seule barrière pour vous protéger d’une éventuelle chute qui pourrait être fatale tant c’est abrupt. Bref, c’est clairement ultra vertigineux quand on peut voir quelque chose. Et, en plus, il va falloir redescendre. C’est ardu car j’ai les jambes en compote et ma tendinite au genou s’est réveillée. Bref, je termine le Preikestolen sur une jambe, visiblement épuisée et toute mouillée.

Le brouillard s'installe au sommet du Preikestolen

Le brouillard s’installe au sommet du Preikestolen

Après s’être changés, on repart vers de nouvelles aventures dans notre Volvo pour un road-trip en Norvège.

Infos pratiques

  • Pour se garer sur place, c’est payant et c’est pas donné ! Un parking est disponible pour 20€ grosso modo. Ça fait cher la grimpette !

Rédigé par Christel Caulet

le 07 juin 2017

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

2 Comments

  • […] mourir en me réveillant. Des courbatures ont envahi mon corps en masse. Une horreur. La faute au Preikestolen, sans aucun doute où mon corps qui manque d’entrainement a été mis à rude épreuve. […]

  • […] croisière P&O dans les fjords de Norvège. A l’occasion de notre road-trip en Norvège, nous avons eu la chance de tester pour vous une croisière P&O et tout ce que je peux vous […]

Leave a comment