Share

Voyage au Japon pour un road-trip

Japon Road trip

Voyage au Japon : C’est un peu par hasard qu’on a décidé de partir au Japon. Autant être sincère, ce n’était pas du tout ma destination préférée et jamais je n’aurai imaginé foulé la terre de ce pays. Et pourtant, j’avais tort. Oubliez l’ensemble des clichés véhiculés par les hordes de Japonais en vacances à Paris et par la littérature du moment. Ce pays est une vraie pépite à découvrir. Voyage au Japon pour un road-trip

Voyage au Japon pour un road-trip

Voyage au Japon pour un road-trip

Voyage au Japon pour un road-trip

Dès le départ, vous savez que vous courrez vers l’inconnu, le plus total. Ce genre de voyage de 10 heures vous déconnecte et vous donne le tempo d’une certaine manière. Nous arrivons à Tokyo vers 21h, heure locale. Les formalités administratives passées, nous plongeons ailleurs. Littéralement. La signalétique dans l’aéroport se résume à des espèces de hiéroglyphes qui n’en sont pas. Je ne vois même pas les traductions anglaises tellement je suis crevée. Je n’ai qu’une hâte alors : me coucher et tenter de récupérer. Nous tentons de déchiffrer les panneaux mais renonçons très vite. Autant s’y faire : impossible de comprendre quoique ce soit à cette langue malgré l’ensemble des bouquins et autres guides de voyages que nous avions étudiés.

Ne pas s’affoler par...

Peu sûrs de nous, nous tentons de déchiffrer les horaires pour opter pour un bon train qui nous permettra de rejoindre le centre-ville.  Là, un Japonais s’amuse de notre situation et j’imagine qu’on doit avoir le look du parfait touriste totalement perdu qui débarque à Tokyo. Après s’être bien marré, il s’approche de nous, s’incline devant nous et tente d’expliquer dans un anglais plus qu’approximatif le trajet. Dans un espèce de langage corporel inexistant, nous tentons à notre tour de le remercier. Lui ne fait que s’incliner devant nous. Un peu gênant, quand même !

Enfin dans le bon train, nous restons sur le qui-vive pour vérifier que nous sommes dans le bon train. Mais autant être clair et net : ne cherchez même pas à comprendre. Tout est écrit en japonais et sincèrement tenter de comprendre quelque chose se résumerait à une perte d’énergie bête et stupide ! Les vacances débutent, enfin ! On enchaine avec un métro et arrivons à la station proche de notre hôtel. Sincèrement : ne me demandez même pas comment on a fait, je serai incapable de vous répondre.

Calme et sérénité dans les rues

Nous sortons dans la bouche de métro, tout étonnés. Là, encore, c’est assez rocambolesque d’oser prétendre prendre ses premiers repères en pleine nuit. En vain. Nous avançons, un peu paumés. La boussole sera notre seule amie et un bon plan. Dans un magasin ouvert, nous optons avec joie pour nos premiers sushis. Pas très chers même si là encore, on tend comme des idiots nos premiers billets de yens avec une certaine fierté mal placée.

Nous reprenons la route vers l’hôtel. Il nous semble être arrivés à destination. Un panneau extérieur explique bien que nous sommes au bon endroit. Pourtant, seule l’entrée d’un immeuble nous accueille avec un ascenseur. Étrange pour un hôtel ! Hésitants et fatigués, nous décidons de nous glisser dans l’ascenseur. Bon gré, mal gré. Les portes s’ouvrent au sous-sol sur un accueil où 3 Japonais nous reçoivent avec le sourire. Et alors là, un ballet d’inclinaisons non-stop se dessine. On en est même gênés. On nous donne les clés de notre chambre. Nous montons au 4e étage et pénétrons enfin dans notre maison pour cette semaine tokyoïte.

Notez ce lieu
snipet-image

La bonne adresse

5 une etoileune etoileune etoileune etoileune etoile (basé sur 9 avis)

Rédigé par Christel Caulet

le 11 janvier 2013

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

17 Comments

Leave a comment