Opération : damage à Peyragude

Peyragude

Opération : damage à Peyragude. 7 dameuses géantes partent à l’assaut de la montagne pour tasser et conserver les pistes de neige de leur mieux. Une équipe pilotée avec entrain et bonne humeur.

Opération : damage à Peyragude Opération : damage à Peyragude

Damage à Peyragude

Dans le village de Peyragude, le dameur embauche à 19h30 quand la majorité des gens terminent leur journée de travail. A bord d’une dameuse dernier cri, au commande de l’engin, on avance sur la piste de ski. En temps réel, sur l’écran de contrôle apparaissent de nombreuses informations permettant d’avoir un état précis de la neige à l’endroit où on passe. Ici, il y a soixante quinze centimètres de neige. Un peu plus loin, quatre vingts centimètres. La machine avance, terrassant tout obstacle sur son passage. Évidemment elle aplatit avec aisance la neige et ses amas sur les cotés sans aucune crainte.

Opération : damage à Peyragude. Toute la nuit, les 7 véhicules parcourent les 60 kms de pistes de la station. Chacun à bord de leur engin communique tour à tour leur position pour quadriller le travail et l’avancée de la nuit slalomme avec leur engin dans les virages imaginaires des pistes de ski. La machine brasse la neige avec son bras à l’avant et tasse la neige. Les pistes nécessitent une préparation spécifique. Au fur et à mesure que l’engin avance, la piste s’éclaire et se laisse deviner sous la lumière puissante des phare.

Préparer la neige à Peyragude

C’est en quelques sortes une facette cachée de la vie en station de ski de Peyragude : le métier de dameur. D’ailleurs depuis quelques temps, une dameuse surnommée « la papamobile » offre la possibilité aux touristes de visiter l’ensemble du domaine skiable pendant une heure à bord. Un moyen original de redécouvrir les Pyrénées différemment.

Des pistes de ski parfaites

Seul à bord, après avoir grimpé un versant de la montagne, il est déjà temps de redescendre après avoir mangé au restaurant d’altitude. L’engin est surélevée, la hauteur donne le vertige. On ne sait pas si on va rester quasiment à la verticale le long de la montagne. Bêtement on pose une question pour savoir si les accidents en dameuse arrivent. La réponse fuse. « Évidemment. Là, aujourd’hui, c’est facile, la nuit est dégagée mais c’est autre chose en plein hiver quand il neige, qu’il y a du brouillard et des bourrasques de vent. C’est beaucoup plus sportif et difficile. Il arrive quelques fois qu’il y est des accidents« , sourit notre interlocuteur.

2e au  championnat de France des conducteurs de dameuses

L’an dernier les dameurs de Peyragude ont terminé 2e du Championnat de France des conducteurs de dameuses. Pour la première fois cette année, la station de ski Peyragude accueillera cette année les 26 et 27 mars prochain les meilleurs dameurs des stations françaises qui viendront s’affronter sur les pistes durant deux jours non stop. Ambiance garantie !

Il est 3h30 du matin. La nuit de travail s’arrête pour notre dameur. Il est temps pour lui de retourner à sa ferme et d’enchainer avec son travail d’agriculteur. Une deuxième journée commence en quelque sorte avec de nombreuses activités à faire à Peyragude !

A propos...
snipet-image

Du 2013-12-07 au 2014-03-30

Peyragude


Rédigé par Christel Caulet

le 14 janvier 2014

3 commentaires

  • j

    […] Opération : damage à Peyragude. 7 dameuses géantes partent à l'assaut de la montagne pour tasser et conserver les pistes de neige de leur mieux.  […]

  • j

    […] Assister à un concours de damage de neige […]

  • j

    […] D’abord, il y a la présence des montagnes que l’on perçoit omniprésentes autour de vous pour ce séjour ski. On les imagine car on les distingue à peine dans la nuit sombre. Au loin, les motoneiges laissent un tracé lumineux dans la neige sur le flanc de la montagne au cœur de la station de ski à Peyragude sur le domaine skiable. Mais à cet heure là, il n’y a plus personne sur les pistes de ski. Les remontées mécaniques sont fermées depuis un bon bout de temps maintenant. Alors quand on voit les motoneiges débouler face à nous, on s’interroge car du bas des pistes de ski de Peyragude, dans la station familiale, aucun signe de vie lumineux n’apparait sur le flanc de ce mont enneigé même si on a arpenté les montagnes pour le concours de damage. […]

Un petit mot à ajouter ?