Share

Vie de château à Parentignat

Escapade France

Vie de château à Parentignat : Après la traversée toujours très réussie du spectaculaire viaduc de Millau qui surplombe tout en grâce la vallée du Tarn, arrivée à Issoire, à 190 km de là, étape presque obligée du passage sur l’A75.  Dans la région qui entoure la ville d’Issoire, plusieurs châteaux accueillent les visiteurs et les font voyager dans le temps. Après notre visite aux jardins du château d’Hauterive, voici venu le temps de se plonger au cœur du château de Parentignat, surnommé le « Petit Versailles auvergnat » par l’écrivain Henri Pourrat.

Vie de château à Parentignat

Vie de château à Parentignat

Vie de château à Parentignat

Précédé par une belle allée verdoyante qui traverse l’entrée du village actuel, et d’une vaste esplanade, le château tel que nous le voyons aujourd’hui date principalement du 18e s. Acheté par le chevalier seigneur et prieur de Bredon Jean-Antoine de Lastic, qui l’acheta à Maximilien de Sommyèvre pour son neveu François II de Lastic, on retrouve la partie originale du château, une maison forte, composée d’un corps de bâtiment carré flanqué de quatre tours dont seules les deux tours nord subsistent, dans l’aile gauche.

Classé au patrimoine historique depuis 1972, le château se découvre au cours d’une visite guidée d’environ 1 h, partant du rez-de-chaussée vers le premier étage, et se finissant dans le parc, jouxtant les champs de blé. Le château, en mauvais état lors de son acquisition par Jean-Antoine de Lastic, est remanié et agrandi par les nouveaux propriétaires, notamment entre 1710 et 1710, par Anne-François II qui rachète le village regroupé autour du château, et ajoute un corps de logis orné d’un fronton triangulaire pour relier l’aile gauche à l’aile droite, puis entre 1767 et 1770 par Anne-François III.

Les jardins du château à Parentignat

Les jardins du château à Parentignat

Histoire de rois

En 1779, le nouveau châtelain Anne-François IV se lance dans de nouveaux travaux de restauration, dont l’ajout d’un tout petit Trianon, sous les arbres, à deux pas des trois grands chênes qui dominent la futaie, et représentant Louis XVI, Marie-Antoinette et le Dauphin. C’est à sa petite-fille Octavie que l’on doit la transformation des jardins à la française en parc à l’anglaise, parcouru par un cours d’eau peu profond bordé parfois de roseaux, et qui y planta, avec son époux Joseph, un tulipier offert par l’impératrice Joséphine de Beauharnais, dont ils étaient respectivement la dame du Palais et le chambellan.

A l'intérieur du château à Parentignat

A l’intérieur du château à Parentignat

Après l’incendie de 1822 qui détruisit l’étage mansardé et une grande partie du mobilier d’origine qui y était entreposé, de nouveaux travaux sont entrepris, suivis en 1888 par une vaste restauration du domaine. Ainsi, les dômes sont couverts de tuiles, les toitures sont recouvertes d’ardoises et la mansarde de l’aile sud est reconstruite à l’identique. Des salons sont créés au rez-de-chaussée et les chambres d’apparat du premier étage sont aménagées.

Visite guidée

Suivant le guide, on accède donc au château par l’entrée principale, surplombée par le fronton triangulaire, et l’on essaye de suite de deviner un peu la vie de la famille de Lastic : le hall, la salle à manger, qui conserve des boiseries Louis XV et un sol en marbre de Nonette, le salon rouge et le salon blanc… Dans les grands salons rouge et vert que l’on parcourt est ainsi présentée une partie de la collection de peintures de Georges de Lastic, qui fut conservateur des musées de la chasse et de la nature de Paris et de la vénerie à Senlis.

Découvrir le château à Parentignat

Découvrir le château à Parentignat

De même, dans la chambre aux tapisseries, dont la légende familiale veut que la comtesse Montaignac, Antoinette de Lastic ait tissé elle-même celles du lit et des rideaux, on remarque également plusieurs cadres, comme le grand portrait en pied du Dauphin, attribué à l’atelier de Hyacinthe Rigaud, célèbre portraitiste français. Dans la chambre dite Louis XV, restaurée par Jean de Lastic au 19e s, tapissée de velours de Gênes tramés de fils d’or, deux portraits représentant Anne-François de Lastic et son épouse, ont été réalisés par Elisabeth Vigée Le Brun, peintre notamment de la cour du Roi de France, mais aussi de la cour de l’Empereur de Vienne, de l’Empereur de Russie et de la Restauration.

Après le boudoir, la visite, riche en détails historiques tant nationaux que familiaux, se termine dans une pièce devenue la bibliothèque lors de la restauration de 1888. De grandes étagères couvrant les murs conservent ainsi une collection plus que fournie qui donnent une envie irrépressible de s’asseoir pour bouquiner, face aux fenêtres donnant sur le jardin.

A savoir :  Pour les épicuriens, Salon des vins et de la gastronomie du 13 au 15 octobre 2017

A table au Château à Parentignat

A table au Château à Parentignat

Visite du château et du parc

Droit d’entrée : 10 €, de 7 à 17 ans, étudiant 6 €.

Ouverture du 1er juin au 30 juin de 14 h à 18 h, du 1er juillet au 31 août de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h, du 1er septembre au 10 septembre de 14 h à 18 h.

Notez cet hôtel
snipet-image

La bonne adresse

7 place du château

63490 Parentignat

04 73 89 51 10


Rédigé par Nancy Besse

le 21 juillet 2017

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

1 Comment

  • […] Voyage dans les jardins du château de Hauterive : A moins de 10 mn du centre-ville d’Issoire se dresse le château de Hauterive (17e s/18e s/19e s), pas très loin du Château de Parentignat… […]

Leave a comment