Manifestation Je suis Charlie pour soutenir un média

Manifestation Je suis Charlie pour soutenir un média. Que dire face à l’attentat commis contre Charlie Hebdo ? A Cabu, Charb, Wolinski et Tignous et aux autres personnes tuées par des sauvages ! J’en reste toujours sans voix. Pour être honnête, j’ai manqué me noyer. J’étais dans mon bain tranquillement en train de barboter quand j’ai reçu un texto d’une copine m’annonçant l’événement. J’aurai pu glisser sur ma savonnette, l’effet aurait été le même ! Quel manque de courage de la part de ces animaux qui tuent des journalistes qui ne font que leur travail et qui n’acceptent pas de voir d’autres courants de pensées exister. Dans tous les cas, nous sommes Charlie

Je suis Charlie
Je suis Charlie

Soutien Je suis Charlie pour soutenir un média. Sur ce carnet de route, notre vocation, c’est le voyage. Des choses futiles. Pourtant quand on découvre avec horreur les récents événements, difficile de se taire. Voilà pourquoi ce papier ! Parce que la liberté d’expression est capitale, fondamentale. Que même si on ne dénonce rien de fondamental sur ce site, on reste profondément choqué par ces récents événements tragiques.

Le phénomène Je suis Charlie

Quand j’ai commencé à 11 ans à dire à mes parents que je voulais être journaliste, je ne savais pas que j’allais en chier autant. Excusez mon langage mais aujourd’hui, je n’ai pas le ton de la bonne formule. Oui, je suis en colère. Voire révoltée et scandalisée. Même si je n’aime pas raconter ma vie, je vais quand même le faire… Juste pour remettre les choses dans leur contexte.

A 16 ans : Je rentre à  la Dépêche du Midi en tant que correspondante grâce à un rédacteur en chef qui comprend mon envie de raconter ce qui se passe.

A 22 ans : En stage pour France 3, je me retrouve sous des jets de pierre dans une banlieue sensible à Strasbourg un soir de réveillon. Le caméraman, lui, reviendra avec un bras cassé et une caméra explosée.

A 23 ans : Je suis diplômée d’une école de journalisme reconnue par la convention collective nationale des journalistes professionnels après  une licence d’histoire et d’anglais. Me voilà donc journaliste professionnel !

A 24 ans : Je pars en Tchétchénie pour un reportage où je risque ma vie, inconscience de mon jeune âge, sans doute, qui me fait croire qu’un papier peut changer le monde. Pourtant la réalité est là. Aucune rédaction ne me répondra. Tous les rédacteurs en chef de la planète sont occupés. Je mors mon frein. Et mon papier journalistique restera invendu.

A 25  ans : Je pars en Haïti pour RFO TV tourner un sujet sur Wyclef. Les tontons macoutes débarquent dans la rue avec des machettes à la main prêts à tuer n’importe quel clampin qui est sur leur passage. Aristide vient de démissionner et moi, grande blanche élancée, je me retrouve à faire un direct en pleine rue sous le bruit des balles qui fusent.

A 26 ans : En Guyane Française, pour l’entreprise de presse RFO TV, je manque de mourir dans un hélicoptère de l’armée canardé par des orpailleurs illégaux. Un des deux gendarmes pilotes meurt, l’autre est blessé.

A 30 ans  : Après quatre années plus calme, je reviens en France. Et là, débute ma seconde vie de journaliste. Celle de la lutte pour manger, pour pouvoir vivre décemment ! Car oui, le quotidien d’un journaliste, ce n’est pas les starlights des studios de canal +. Non, c’est bien plus compliqué que cela. C’est se demander de quoi on va vivre. Qui sera le bon rédac chef qui acceptera de vous parler en face et de vous laisser écrire dans un canard, dans une entreprise de presse ? Comme tous les pigistes qui souhaite être rémunérés à la pige et non en droit d’auteur.

A 33 ans : Je travaille comme rédactrice en chef d’un magazine dans la presse écrite. La directrice peu scrupuleuse essaye purement de m’arnaquer en tentant de me refiler une gérance douteuse et oublie de me payer pendant 4 mois. Oubliez également les congés payés, le remboursement des frais de reportage.. Autant vous dire que je ne suis pas partie bien loin en vacances. J’ai du prendre un avocat -1800€-, attendre 3 ans avant que le tribunal requalifie ma démission en licenciement économique, j’ai alors perdu toute confiance en moi. Pourquoi ? Je n’ai toujours pas de réponses mais ce qui est sur, c’est que le code du travail n’a pas été respecté. Je gagne aux Prud’hommes.

A 36 ans : Rien n’a changé, c’est toujours la même désillusion. On me propose des tarifs à 15 euros l’article sans vous parler des médias nationaux qui, eux, vous proposent deux doubles pages payés même pas au prix d’une demi-page. Sans vous parler des contrats de travail qui sont tous simplement inexistants dans ce métier de journaliste pigiste. Etre un journaliste pigiste rémunéré devient quasiment impossible.

A 38 ans, je pars à Paris pour travailler en Cdd dans un magazine télé national où on ne me paye pas mes années d’ancienneté et de cartes de presse. C’est le cas pour une multitude de journalistes pigistes. Aucun contrat de travail, une fois de plus. Je l’obtiendrai 8 mois après cette ultime mission de piges.

Pourtant aujourd’hui, j’ai reçu un courrier

 » Le commission de la carte des journalistes professionnels m’octroie ma carte de presse pour 2015. » Quand j’ai eu fini de lire le courrier, j’ai éclaté en larmes, de chaudes larmes, tellement heureuse de voir enfin ces dernières années de travail ignoble récompensé d’un statut de journaliste pigiste dans ce cadre de précarité absolue.  Parce que malgré les prises de risques, les galères pour vendre un article, il n’empêche que je crois en la liberté d’expression comme les journalistes de Charlie. Journaliste indépendant, je ne suis pas achetable et encore moins manipulable.

Ancienneté

Alors j’entends bien tous les gens autour de moi qui me disent : « Mais fais une formation pour faire autre chose. » J’entends et je comprends leur position et leurs inquiétudes. Mais quoi faire ? Je ne sais pas faire autre chose que du journalisme. J’aime profondément mon métier, j’aime l’idée de me battre contre l’ignorance et la manipulation des foules, contre ces malades qui tirent en pensant à Allah sur des journalistes innocents. Et ça, je ne peux l’accepter même si je reste rémunérée à la pige. Je ne vous parlerai pas des statuts d’Auto entrepreneur à la con qu’on vous propose aujourd’hui, les droits d’auteur bafoués… Ah oui, mais on bénéficie d’un abattement fiscal conséquent ! Ben si vous voulez mon avis, encore heureux qu’on est ça !

Dans les Entreprises de presse

J’aime l’agitation dans les  rédactions, le bazar pour trouver une idée de sujet palpitante.  Je ne vous parlerai pas des soucis avec l’Anpe qui te radie pour un oui ou un non sans lire les textes de lois et les rédacteurs en chef qui vous zigouillent lorsque à un retour de reportage tu n’as pas eu l’info qu’il fallait ou  qu’ils attendaient ou bien parce qu’il manque une virgule tout simplement au 450 signes que tu as du écrire en plein rush. Les conditions pour faire ce métier deviennent de plus en plus compliquées. Les entreprises ne recherchent que de la publicité et en aucun cas de répondre aux questions des journalistes. La preuve : les menaces que reçoit la journaliste Elise Lucet par certains dirigeants d’entreprise sous prétexte qu’elle fait son boulot, par exemple. Les menaces deviennent fréquentes quand on choisit ce métier. Je ne vous parlerai pas des appels à pas d’heure de gens en détresse qui vous harcèlent au téléphone en vous menaçant.

Je suis profondément écœurée par ce qui s’est passé et je m’associe à la douleur des familles des journalistes qui ont été assassinés comme de la chair à canon ! Même si mon métier suit des chemins incertains, Je suis Charlie

Évidemment je pourrai m’insurger contre les politiques qui gueulent partout que les médias sont trop nombreux, qu’on les emmerde à les suivre partout. Mais j’en ai jamais vu un dire non à une interview. Bizarrement très certainement. Je pourrai gueuler contre ces conférences de presse où on t’invite à une heure précise et où les stars que l’on attend pour interview ne viennent pas ou sont coincés quelque part. Je pourrai aussi me rebeller contre ces chargées de com qui ne savent vous faire que des sourires que parce que tu vas écrire trois lignes sur le bouquin de merde dont elles assurent la promo.

Cet article a été écrit sous une colère folle, entrecoupée de larmes. Même s’il n’est pas lu, ce n’est pas grave, il m’aura permis de prendre conscience que mon métier, même si on en vit pas, ou difficilement, il a le mérite d’exister et de dénoncer ce que font ces barbares. Et malgré l’ensemble des difficultés propres à l’exercice de nos fonctions, je continuerai à être journaliste et à défendre à ma manière la liberté d’expression, si chère à #CharlieHebdo. Aujourd’hui, #jesuisCharlie plus que jamais ! La profession de journaliste interroge de plus en plus.

Salariat

Heureusement, qu’il existe des magazines comme #CharlieHebdo pour faire entendre une autre voix. Même si aujourd’hui, on n’entendra plus celle de Cabu, Charb, Wolinski et Tignous et de 8 autres de leurs confrères.

Découvrir les visuels

A Cabu, Charb, Wolinski et Tignous et les autres personnes tuées par des sauvages !
A Cabu, Charb, Wolinski et Tignous et les autres personnes tuées par des sauvages !
Rassemblement à Toulouse en l'hommage de Charlie Hebdo
Rassemblement à Toulouse en l’hommage de Charlie Hebdo
Émotions vives et palpables à Toulouse
Émotions vives et palpables à Toulouse
Une histoire pas drôle à Charlie Hebdo
Veillées aux bougies à Toulouse
Veillées aux bougies à Toulouse
Des bougies pour soutenir les survivants
Des bougies pour soutenir les survivants
Le peuple toulousain a honoré la liberté de la presse
Le peuple toulousain a honoré la liberté de la presse

A découvrir


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

La dernière édition de Jet-Lag, le magazine, est disponible !

popup magazine