Share

Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis

Boire Oenotourisme

Il y a des vins qui vous marquent dès que vous tenez une bouteille dans la main. La sensation est marquante. Inattendue, de fait. Ce fut le cas lorsque j’ai reçu 2 bouteilles du rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis. Récit.

Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis

Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis

D’abord, il y a la surprise de recevoir deux bouteilles. Et le plaisir également. Puis on  découvre la bouteille au vrai sens du terme. Verre transparent, une étiquette comme tirée d’une bande-dessinée collée dessus… Un timbre poste de couleur où une cigale féminise d’autant plus la bouteille. Bref, de quoi être instinctivement sceptique. Parce qu’on se dit que c’est un piège à touristes ou pour celles qui ont le palais aussi affûté qu’un dé à coudre. Bref, pour moi, la bouteille n’est pas engageante de prime abord. Et pourtant quel dommage, j’aurai vraiment été stupide de m’arrêter là. C’est le genre de bouteilles qu’on regarde dans les rayons des magasins et qu’on repose aussi vite qu’on les a prises. Et, ben, finalement, non, pas du tout, même ! Et je peux vous garantir que si je retrouve cette bouteille chez un caviste ou dans une grande surface, je ne m’en détournerai pas. Je vais vous dire le pourquoi du comment…

Un vin qui s’illustre

D’abord c’est un vin féminin. Le genre que les nanas vont affectionner. Il ne vous agresse pas le palais. Au contraire, il le caresse. Il a même quelque chose de carrément érotique. C’est un peu comme si ce vin se mettait à poil devant vous. Il se raconte et se délivre. Vendange après vendange sans doute, ce rosé a du se perfectionner, s’améliorer sans cesse pour vous. On ressent alors le fruit. Son raisin qui  a été récolté sur ses terres près de Gruissan dans le bassin méditerranéen, face à la mer. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien aussi que cette maison, le Château de Bouis, a reçu autant de récompenses : Une médaille d’or Décanter pour la cuvée Roméo soit le premier du Top 100 des vins du Languedoc sans parler de la cuvée R Milléssime 2013, coup de cœur du guide Hachette 2016. Rien que ça !

Un vin qui se livre et libère ses arômes

Et puis, on le savoure. En soirée pour un apéro frais et distingué, avec un plat de fromages. On plonge alors un peu plus dans l’histoire de ce vin. Par curiosité. Et on découvre alors ses 300 ans d’histoire : 2.5 hectares de vignobles dans une histoire de famille qui aime le sol. La terre, forcément. On y revient toujours. Comme si un lien indéfectible nous retenait. Il y a un peu de ça, d’ailleurs avec ce vin. On imagine alors ces hommes et ces femmes qui ont travaillé durs pour lui donner cette saveur, cette rondeur tellement appréciable en bouche. C’est d’ailleurs un peu ce que transmet cette bouteille de rosé, une fois passée la première réaction de cette étiquette, finalement, amusante. Car oui, ce vin n’est pas comme les autres. Il a son corps, sa manière d’être et sa couleur rose pale comme cristalline, une personnalité chic et gaie. Un peu à l’image de cette cigale décrite plus haut.

Un vin fruité et gourmand, assurément.

En fait, il est généreux aussi. Sans doute parce qu’il sait d’où il vient. Entre ses cailloux et son sol aussi. Il se sent libre et vous libère avec aisance au fil des verres très certainement. Du moins, c’est un peu tout ce qu’il nous a transmis et nous a révélé à son rythme. Rien d’abrupt. Toujours avec douceur et féminité.

Pour apprécier à votre tour ce vin, n’hésitez pas à le commander directement au Château le Bouis !


Rédigé par Christel Caulet

le 22 mai 2017

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

Leave a comment