Share

Guyane : Au cœur des marais des Kaw

Guyane

Voyage en Guyane : Au cœur des marais des Kaw. Il est tôt ce matin. Autour de moi, le calme, juste le ronronnement du moteur de la pirogue qui me berce. Au cœur des marais de Kaw, Mika, notre guide nous avait donné rendez-vous tôt pour découvrir cette réserve naturelle.

Guyane - Au cœur des marais des Kaw Guyane : Au cœur des marais des Kaw

Guyane : Au cœur des marais des Kaw

Imaginez cette réserve qui est la troisième réserve naturelle de France de par sa superficie (94.700 hectares), après celle des Terres Australes Françaises (2.270.000 hectares) et celle des Nouragues (100.000 hectares), et la plus vaste zone humide de France. Elle a été créée par décret le 13 mars 1998 à cheval sur les communes de Roura et de Régina et englobe le petit village de Kaw. Ici, à perte de vue, l’eau et le vert profond des marais. Le soleil se lève tout doucement, au loin.

Mika coupe le moteur et m’oblige à sortir de ma torpeur en quelques sortes. Forcément, le regard se fait plus insistant, l’ouïe se multiplie. On est aux aguets, prêts à découvrir la faune et la flore si légendaire de la Guyane. « Ici, il y a beaucoup de caïmans alors évitez de mettre votre main dans l’eau. Le marais de Kaw est connu pour être l’un des derniers refuge du caïman noir, » nous explique notre guide. Quand soudain, à quelques mètres de nous, une espèce de zébu sort de l’eau au loin. « C’est un zébu qui est adapté à la vie « aquatique ». Il se nourrit d’une graminée sauvage. « 

Vie aquatique dense

Il n’est pas rare ici d’entendre des sons étranges. « Ne vous inquiétez pas, c’est les animaux. Ils sont ici en surnombre. On trouve entre autres dans la réserve des caïmans rouges, caïmans gris, caïmans à lunettes, les gymnotes (anguilles électriques) et les singes hurleurs (baboune) dans les forêts environnantes. Les oiseaux y sont également très nombreux. On peut citer le jacana noir, le héron cocoï, plusieurs espèces du genre aigrette, etc.  » Évidemment, on n’hésite pas une seconde à parler de pêche et à demander des précisions sur la population de la rivière de Kaw . « C’est très riche, on trouve des baby-tarpon (palika), le piranha (piray), l’aïmara ou le jamengouté. »

Kaw, un village perdu !

On arrive dans un village où une cinquantaine de personnes vivent ici. Bien évidemment, l’absence totale du moindre magasin nous fait très vite comprendre que la vie ne doit pas y être simple. Pourtant nous ne manquerons de rien ici. Les gens sont tellement ravis que l’on soit venus jusqu’à eux qu’ils feraient n’importe quoi pour vous aider. D’ailleurs, l’un d’entre eux m’explique en me montrant comment c’est facile de dormir en carbet. Comprenez dormir dans un hamac accroché à deux morceaux de bois. La soirée arrive. Quelques discussions commencent puis très vite on se laisse porter par les bruits de l’environnement. Rien d’extravagant. Non, le calme le plus total ponctué ça et là par des cris de singes effrayants. Juste à peine le temps de les reconnaitre que déjà on s’endort… Au cœur des marais des Kaw… après un long voyage…

Crédit photos  du Comité du tourisme guyanais

Notez ce lieu
snipet-image

La bonne adresse

97740

3.5 une etoileune etoileune etoileune etoilegrey star (basé sur 27 avis)

Rédigé par Christel Caulet

le 01 février 2016

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

2 Comments

  • […] de la Guyane. Mais aussi Apatou, la zone Interdite où votre entrée sera contrôlée, les Marais de Kaw, St George de l’Oyapock avec son pont flambant neuf, ouverture vers le Brésil. Mais aussi le […]

  • […] je referais tout pareil. Ou je pourrai vous parler de la fois où on s’est perdu dans les Marais de Kaw. Là encore, méga flippant car la faune et la flore ne sont pas vos amis dans ces pays en zone […]

Leave a comment