La Guyane tortues Luth, terre d’émotion

La Guyane tortues Luth, terre d’émotion : Quand je vous disais récemment que la Guyane française était une destination à sensations, je ne vous mentais pas ! Quand vous vous retrouvez face à une mygale, il y a de quoi paniquer même si ce n’est pas à recommander. Autre sensation extrême que j’ai vécu quand j’habitais la Guyane française fut la ponte des tortues Luth. Voyage unique.

La Guyane, terre d’émotions, avec les tortues Luth
La Guyane, terre d’émotions, avec les tortues Luth

Visiter la Guyane tortues Luth, terre d’émotion

Souvent les plages de Guyane française ne sont pas présentées à la hauteur de leur richesse. Si les reflets dorées de l’océan sont majestueux, ici, pas d’eaux cristallines et bleue turquoise comme à Catalina Beach par exemple lors de notre croisière Costa que nous avons récemment réalisé.

Pourtant ces  Tortues de mer recèlent de véritables trésors qui valent tout l’or du monde. Les plages de Guyane sont réputées pour être un lieu de pontes de tortues marines au monde. Trois espèces de tortues y nidifient régulièrement : la tortue luth (Dermochelys coriacea), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) et la tortue verte (Chelonia mydas) même si les deux dernières sont plus difficiles à voir et à reconnaître avec leur carapace. Cette tortue marine vient spécialement en Guyane pour féconder ses œufs à une période précise de l’année. Elle dépose alors ses œufs sur la plage pour incubation. Les bébés tortues naissent donc tous à la même période au moment de l’éclosion des oeufs.

La Guyane, le hot spot des tortues

Il n’est donc pas rare de croiser cet animal sur les plages à la tombée de la nuit au moment de la ponte. Les femelles pondent en Guyane tous les 2 ans, voire tous les 3 ans. Ce qui rend leur présence de plus en plus menacée.  Lors d’une saison de ponte, une tortue luth vient 3 à 5 fois pondre. Il faut savoir que la Guyane est considéré comme un « hot spot » pour la reproduction des tortues de mer. Malheureusement elles sont victimes de prédateurs nombreux dont les méduses. Elles sont donc menacées,  en danger d’extinction malheureusement. En général, on retrouve le matin de l’éclosion les écailles des coquilles brisées sur la plage.

Tortue de mer

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est la plus grande de toutes les espèces de tortues marines et elle est particulièrement connue pour ses migrations transocéaniques. La Guyane française est l’un des lieux les plus importants pour la ponte de la tortue luth. Chaque année, entre les mois d’avril et juillet, ces tortues viennent sur les plages de la Guyane pour y pondre leurs œufs.

Habitat tortue luth

Les plages de l’Amana et de Yalimapo sont parmi les sites de nidification les plus célèbres en Guyane pour la tortue luth. Ces zones sont protégées et font souvent l’objet de programmes de conservation et de recherche pour aider à protéger cette espèce en danger.

Les tortues luth sont confrontées à de nombreuses menaces, y compris la perte d’habitats de nidification, la capture accidentelle dans les engins de pêche, la pollution marine, et le braconnage pour leur viande et leurs œufs. Les efforts de conservation en Guyane et ailleurs visent à réduire ces menaces et à assurer la survie de l’espèce.

Grande tortue marine

La « grande tortue marine » peut faire référence à plusieurs espèces de tortues marines, mais souvent, elle désigne la tortue luth (Dermochelys coriacea) en raison de sa taille exceptionnelle. Voici quelques informations clés sur les grandes tortues marines, en mettant l’accent sur la tortue luth qui est la plus grande de toutes les espèces de tortues marines :

  • Taille et apparence : La tortue luth peut atteindre plus de 2 mètres de longueur et peser jusqu’à 900 kg, ce qui en fait la plus grande tortue marine. Elle est facilement reconnaissable à sa carapace dépourvue d’écailles, composée de plaques osseuses recouvertes d’une peau cuirassée. Sa couleur varie du bleu foncé au noir.
  • Habitat et répartition : Les tortues luth sont des animaux pélagiques qui fréquentent les eaux ouvertes des océans. Elles sont trouvées dans presque tous les océans du monde, depuis les eaux tropicales jusqu’aux eaux tempérées et même subarctiques.
  • Comportement et alimentation : Ces tortues sont principalement des animaux solitaires. Elles se nourrissent de méduses, ce qui les aide à contrôler les populations de ces cnidaires. Cependant, leur alimentation basée sur les méduses les expose souvent aux risques de consommer du plastique, ce qui peut être fatal.
  • Reproduction : La tortue luth vient pondre ses œufs sur les plages tropicales et subtropicales. Les femelles peuvent pondre plusieurs fois au cours d’une saison de ponte, déposant des centaines d’œufs à chaque fois.
  • Menaces et conservation : Les tortues luth sont confrontées à de nombreuses menaces, notamment la perte d’habitats de ponte, la pollution marine, les prises accidentelles dans les engins de pêche, et les changements climatiques. De nombreux programmes de conservation sont en place dans le monde entier pour protéger ces créatures, notamment par la surveillance des plages de nidification, la réglementation des activités de pêche et l’éducation du public.

La conservation des grandes tortues marines, y compris la tortue luth, est cruciale pour la santé des écosystèmes marins, car elles jouent un rôle important dans l’équilibre des populations de méduses et dans le fonctionnement des habitats marins.

Tortue luth en voie de disparition

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est effectivement classée comme une espèce en voie de disparition. Plusieurs facteurs contribuent à son déclin :

  • Perte d’habitat : La destruction et la perturbation des plages de nidification dues à l’aménagement côtier, à l’éclairage artificiel, et à l’activité humaine peuvent affecter la réussite de la nidification des tortues luth.
  • Prises accidentelles : Les tortues luth sont souvent capturées accidentellement dans les engins de pêche tels que les filets maillants, les palangres et les chaluts. Bien que des mesures comme l’utilisation de dispositifs d’exclusion des tortues aient été mises en œuvre pour réduire ces prises accidentelles, elles restent une menace significative.
  • Pollution marine : La pollution, en particulier les déchets plastiques, pose un risque majeur pour les tortues luth, car elles peuvent ingérer du plastique en le confondant avec leur proie naturelle, les méduses. Cela peut entraîner des obstructions intestinales, des infections, ou même la mort.
  • Changements climatiques : Les effets du changement climatique, y compris l’élévation du niveau de la mer, l’érosion des plages et les températures plus élevées, peuvent affecter les habitats de nidification et influencer le sexe des tortues nouvellement écloses (la température du sable détermine le sexe des embryons).
  • Braconnage et commerce illégal : Malgré les protections légales, le braconnage des œufs et le commerce illégal de tortues et de produits dérivés continuent dans certaines régions.

En réponse à ces menaces, des mesures de conservation ont été mises en œuvre à l’échelle mondiale. Cela comprend la protection des plages de nidification, la réglementation des activités de pêche pour minimiser les prises accidentelles, la recherche et le suivi des populations de tortues, ainsi que des initiatives d’éducation et de sensibilisation du public. Les efforts internationaux, tels que ceux menés sous l’égide de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS), sont cruciaux pour la survie de cette espèce emblématique.

Aider tortue luth

Aider les tortues luth, une espèce en voie de disparition, nécessite des efforts à différents niveaux. Voici quelques actions que vous pouvez entreprendre pour contribuer à la conservation de ces tortues marines :

  • Réduire les déchets plastiques : Limitez votre utilisation de plastiques à usage unique qui finissent souvent dans les océans, confondus avec des méduses par les tortues luth. Participer à des nettoyages de plages ou des initiatives locales de réduction des déchets peut également aider à réduire la pollution marine.
  • Soutenir les organisations de conservation : S’engager avec et soutenir financièrement les organisations qui travaillent à la conservation des tortues marines peut contribuer à leurs efforts de recherche, d’éducation et de protection sur le terrain.
  • Respecter les habitats de nidification : Si vous visitez des plages où les tortues luth viennent pondre, respectez les zones de nidification en évitant de marcher sur les nids, en limitant l’utilisation de lumières artificielles la nuit et en suivant les directives établies par les autorités locales ou les gardes du parc.
  • S’informer et éduquer les autres : Apprendre davantage sur les tortues luth et partager ces informations peut sensibiliser et encourager d’autres personnes à prendre des mesures pour leur conservation.
  • Participer à des programmes de volontariat : Engagez-vous dans des programmes de volontariat pour la conservation des tortues marines, que ce soit localement ou à l’étranger, pour contribuer directement à la protection et à la recherche sur ces animaux.
  • Adopter un comportement responsable en mer : Si vous naviguez ou pêchez, suivez les pratiques responsables pour éviter les collisions avec les tortues et réduire les risques de prises accidentelles, comme utiliser des dispositifs d’exclusion des tortues et éviter les zones connues pour être fréquentées par les tortues luth.
  • Soutenir les politiques de protection de l’environnement : Encouragez et soutenez les politiques et les lois qui protègent les tortues marines, leurs habitats et l’environnement marin en général.

En prenant ces mesures, vous pouvez contribuer de manière significative à la conservation des tortues luth et à la protection de l’environnement marin.

Tortue luth menacée

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est considérée comme une espèce menacée en raison de divers facteurs qui ont entraîné un déclin significatif de sa population. Voici les principales menaces qui pèsent sur cette espèce :

  1. Prises accidentelles dans les engins de pêche : Les tortues luth sont souvent capturées accidentellement dans les filets de pêche, les palangres et les chaluts. Ces prises accessoires peuvent entraîner des blessures graves ou la mort des tortues.
  2. Pollution marine : La pollution, en particulier les plastiques en mer, pose un risque majeur pour les tortues luth. Elles confondent souvent les sacs plastiques et autres débris avec des méduses, leur aliment principal, ce qui peut entraîner des obstructions intestinales ou des intoxications.
  3. Perte d’habitats de nidification : Le développement côtier, l’éclairage artificiel, les activités humaines sur les plages et l’érosion côtière réduisent les habitats de nidification disponibles et peuvent perturber la ponte des tortues.
  4. Changement climatique : Les modifications du climat global, y compris l’élévation du niveau de la mer, l’augmentation de la température des océans et la fréquence accrue des tempêtes, affectent les habitats marins et les plages de nidification des tortues luth.
  5. Braconnage et commerce illégal : Les œufs de tortue luth sont braconnés pour la consommation et le commerce illégal, tandis que les adultes sont parfois tués pour leur chair et leur huile.
  6. Maladies et parasites : Les tortues luth sont susceptibles de contracter différentes maladies et d’être infestées par des parasites, ce qui peut affaiblir leur santé et réduire leur capacité à se reproduire.

Face à ces menaces, des efforts de conservation sont en cours à l’échelle mondiale, incluant la protection des habitats, la modification des pratiques de pêche pour réduire les prises accidentelles, la recherche et le suivi des populations, ainsi que des campagnes de sensibilisation et d’éducation pour protéger cette espèce. Des accords internationaux, tels que la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS), contribuent également à la protection des tortues luth.

Tortue luth taille

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est la plus grande des espèces de tortues marines. Les adultes peuvent mesurer de 1,5 à 2,2 mètres de long et peser entre 250 et 700 kilogrammes. Exceptionnellement, certains individus peuvent atteindre jusqu’à 3 mètres de long et peser plus de 900 kilogrammes, mais ces cas sont rares. Leur grande taille, combinée à leur carapace unique en forme de coeur et dépourvue d’écailles, les rend facilement reconnaissables parmi les autres espèces de tortues marines.

Tortue luth âge

L’âge maximal des tortues luth (Dermochelys coriacea) n’est pas précisément connu, mais on estime qu’elles peuvent vivre 50 ans ou plus. Cependant, déterminer l’âge exact d’une tortue luth adulte est difficile, car contrairement à d’autres espèces de tortues, les tortues luth n’ont pas de carapace osseuse avec des anneaux de croissance que l’on pourrait compter pour estimer leur âge.

La maturité sexuelle des tortues luth est également atteinte relativement tardivement, généralement entre 10 et 30 ans, bien que cet âge puisse varier en fonction de facteurs environnementaux et de la disponibilité de la nourriture. Les jeunes tortues luth passent de nombreuses années en mer avant d’atteindre la maturité, et peu d’entre elles survivent jusqu’à l’âge adulte en raison des nombreuses menaces qu’elles rencontrent, telles que la prédation naturelle, les prises accidentelles dans les engins de pêche et la pollution marine.

Tortue luth vitesse

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est connue pour être une nageuse puissante et rapide. En moyenne, les tortues luth peuvent nager à une vitesse d’environ 1,5 à 2,5 mètres par seconde, ce qui équivaut à environ 5,4 à 9 km/h. Cependant, lorsqu’elles sont menacées ou lorsqu’elles chassent, elles peuvent atteindre des vitesses supérieures, allant jusqu’à 35 km/h sur de courtes distances. Cette capacité à nager rapidement leur permet d’échapper aux prédateurs et de parcourir de longues distances dans les océans lors de leurs migrations.

Tortue luth reproduction

La reproduction de la tortue luth (Dermochelys coriacea) présente des caractéristiques uniques par rapport à d’autres espèces de tortues marines. Voici un aperçu de leur cycle reproductif :

  • Migration et accouplement : Les tortues luth effectuent de longues migrations entre les zones d’alimentation et les sites de nidification. L’accouplement a lieu en mer, généralement près des sites de nidification, et peut se produire à plusieurs reprises avec différents partenaires.
  • Nidification : Après l’accouplement, les femelles se rendent sur les plages de sable pour pondre leurs œufs. Contrairement à d’autres espèces, les tortues luth peuvent nicher sur plusieurs plages tout au long de leur vie, bien qu’elles aient tendance à retourner dans la région générale où elles sont nées. La femelle creuse un trou dans le sable avec ses pattes arrière et y dépose entre 50 et 150 œufs en moyenne, bien que ce nombre puisse varier. Elle recouvre ensuite les œufs de sable pour les cacher des prédateurs et les aide à maintenir une température constante.
  • Incubation : Les œufs incubent pendant environ 60 à 70 jours, bien que la durée puisse varier en fonction de la température du sable. La température du nid affecte également le sexe des tortues : des températures plus chaudes tendent à produire des femelles, tandis que des températures plus fraîches produisent des mâles.
  • Éclosion : Les jeunes tortues, ou tortillons, éclosent ensemble et creusent pour sortir du nid généralement pendant la nuit. Ce comportement synchronisé augmente leurs chances de survie en réduisant l’attention des prédateurs. Une fois sortis du nid, les tortillons se dirigent instinctivement vers la mer, guidés par la luminosité de l’horizon au-dessus de l’océan.
  • Cycle de vie : Les jeunes tortues luth passent leurs premières années en mer, souvent dans des zones flottantes d’algues sargasses, où elles trouvent abri et nourriture. La croissance est lente et, comme mentionné précédemment, il peut s’écouler de 10 à 30 ans avant qu’elles n’atteignent la maturité sexuelle et commencent leur propre cycle de reproduction.

La survie des jeunes tortues luth est faible; on estime que seulement 1 sur 1 000 à 10 000 survivra jusqu’à l’âge adulte. C’est pourquoi la protection des sites de nidification et des zones marines importantes pour les tortues luth est cruciale pour la survie de l’espèce.

Tortue luth durée de vie

La durée de vie exacte des tortues luth (Dermochelys coriacea) n’est pas précisément connue, mais on estime qu’elles peuvent vivre jusqu’à 50 ans ou plus. Cependant, en raison des nombreuses menaces qu’elles rencontrent tout au long de leur vie, y compris la prédation naturelle, les prises accidentelles dans les engins de pêche, la pollution marine et la perte d’habitats de nidification, beaucoup de tortues luth ne survivent pas jusqu’à l’âge adulte. Les efforts de conservation visent à augmenter les taux de survie des jeunes et des adultes pour soutenir la population globale de l’espèce.

Nidification

C’est sur la grande plage de Rémire-Montjoly, le long des « Salines » que je me promenais quand j’aperçus des mouvements du sable, on était début avril. Je m’approchais doucement. Et je vis là à quelques mètres de moi, une énorme tortue qui venait de déposer ses œufs dans le sable.  A l’aide de ses pattes postérieures qu’elle incurve comme de petites mains, elle creuse un trou profond de 80 cm environ dans le sable pendant au moins 25 minutes. Un fois le nid creusé, la Tortue Luth « pond ses œufs » en une dizaine de minutes, s’en suit la cinquième étape qui consiste à « refermer le nid » au moyen de ses pattes postérieures en ramenant et en tassant le sable sur les œufs. Un spécialiste de la ponte des keufs des Tortues Luth m’ a alors expliqué que la Tortue est loin d’être bête : « Elle brouille même les pistes en balançant du sable autour du nid, de manière à ce que l’on ne reconnaisse pas l’endroit ! »

Émotions et spectacle garanti en Guyane

Le spectacle fut évidemment très fascinant, émotions garanties !Forcément, je reviendrai là fréquemment  pour ne pas dire tous les jours pour assister au spectacle de la naissance des bébés luth que je n’ai jamais vu malheureusement.  On ne peut pas avoir de la chance tous les jours. 4000 pontes ont été recensées sur les plages de l’Est Guyanais (entre Kourou et l’Ile de Cayenne) entre 1999 et 2000 : 2492 pontes de Luth, 1100 pontes de Tortues olivâtres, 58 de Tortues vertes et 6 de Tortues imbriquées. Le corps de la tortue luth est unique, avec des crêtes longitudinales qui parcourent sa carapace. Les mâles de tortue luth ne retournent jamais sur la plage après leur éclosion et passent toute leur vie en mer. Les tortues luth fréquentent également les océans du Canada, notamment dans les eaux froides mais riches en nourriture. Les scientifiques étudient les migrations des tortues luth en utilisant des balises satellites pour comprendre leurs habitudes migratoires.

Il est théorisé que les tortues luth utilisent le champ magnétique terrestre pour naviguer pendant leurs longues migrations. Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada a classé la tortue luth comme étant en danger dans les eaux canadiennes. Les tortues luth possèdent sept crêtes longitudinales sur leur carapace, les distinguant des autres espèces de tortues marines. Les observations des tortues luth dans les eaux canadiennes aident à comprendre leur répartition dans l’Atlantique Nord. Bien qu’elles soient de gros poissons, les tortues luth préfèrent se nourrir principalement de méduses. L’ingestion de débris plastiques est un problème majeur pour les tortues luth, car elles les confondent avec des méduses. La période de juin à octobre est cruciale pour observer les tortues luth dans certaines régions, correspondant à leur saison migratoire. La saison de nidification des tortues luth s’étend de mars à juillet, période pendant laquelle les femelles retournent sur les plages pour pondre leurs œufs. Les tortues luth préfèrent nidifier à marée haute, ce qui facilite leur accès aux plages de nidification.

Les interactions avec le matériel de pêche représentent une menace significative pour les tortues luth, entraînant souvent des blessures ou la mort. Les membres postérieurs des tortues luth servent principalement à diriger lors de la nage, tandis que les nageoires antérieures propulsent l’animal. La partie ventrale, ou plastron, de la tortue luth est relativement molle et moins ossifiée que chez d’autres espèces de tortues. Bien que les tortues luth soient souvent considérées comme des proies potentielles des pieuvres, ces interactions sont rares. Le fleuve Saint-Laurent est un habitat important pour les tortues luth, surtout pendant les mois d’été. La saison de reproduction des tortues luth est un moment critique pour leur survie et celle de leur progéniture. Contrairement aux femelles, les mâles de tortue luth passent toute leur existence en mer et ne retournent jamais sur les plages pour la nidification après avoir atteint la maturité sexuelle.

Les sous-populations de tortues luth peuvent présenter des variations comportementales et migratoires importantes. Les tortues luth possèdent des échangeurs de chaleur qui leur permettent de réguler leur température corporelle dans les eaux froides. Les tortues luth ont été observées près de Terre-Neuve, où elles se nourrissent dans les riches eaux subarctiques. Les taches blanches sur la peau des tortues luth sont plus visibles chez les jeunes et peuvent aider à les camoufler contre les prédateurs. Le système digestif des tortues luth est spécialement adapté pour traiter leur régime alimentaire principalement composé de méduses.

Les scientifiques utilisent des techniques de télémétrie par satellite pour suivre les déplacements des tortues luth et étudier leurs schémas migratoires et leurs comportements en milieu naturel.

Infos pratiques

Pour découvrir la Guyane, il vous faudra impérativement voir des fusées décoller à Kourou.

Où trouve-t-on la tortue luth ?

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est une espèce pélagique qui fréquente une vaste gamme d’habitats océaniques. On la trouve dans tous les océans du monde, des eaux tropicales aux eaux subarctiques, bien qu’elle préfère généralement les eaux plus chaudes. Voici plus de détails sur sa répartition :

  • Zones d’alimentation : Les tortues luth se nourrissent principalement dans les eaux froides, riches en méduses, leur principale source de nourriture. Ces zones comprennent les eaux de l’Atlantique Nord et du Pacifique Nord ainsi que certaines zones des océans Indien et Austral. Elles peuvent être trouvées se nourrissant le long de fronts océaniques où les courants chauds et froids se rencontrent, ce qui favorise la prolifération de la vie marine, notamment des méduses.
  • Sites de nidification : Les plages de nidification des tortues luth se trouvent principalement dans les régions tropicales et subtropicales. Les femelles reviennent sur les plages de sable pour pondre leurs œufs, souvent sur les mêmes plages où elles sont nées. Des sites de nidification importants se trouvent dans le nord-ouest de l’Atlantique (comme en Floride, aux États-Unis, et en Guyane française), dans le nord-est du Pacifique (par exemple au Mexique) et dans l’océan Indien (comme à Oman et aux Maldives).
  • Migration : Les tortues luth sont connues pour leurs longues migrations entre leurs zones d’alimentation et leurs sites de nidification. Ces migrations peuvent couvrir des milliers de kilomètres et traverser des océans entiers.
  • Aires de dispersion : Après l’éclosion, les jeunes tortues luth se dispersent dans les océans et peuvent passer plusieurs années en haute mer avant de retourner dans des zones côtières ou de se reproduire. Durant cette période, elles peuvent parcourir de vastes étendues des océans mondiaux.

En raison de leur large répartition, les tortues luth interagissent avec différents écosystèmes et sont sujettes à diverses menaces à travers le monde. La conservation de cette espèce nécessite donc des efforts internationaux coordonnés pour protéger à la fois les zones d’alimentation et les sites de nidification.

Quelle est la nourriture de la tortue luth ?

La tortue luth (Dermochelys coriacea) a un régime alimentaire principalement composé de méduses. Ces créatures gélatineuses constituent la majeure partie de leur alimentation. La tortue luth est adaptée pour consommer des proies molles grâce à ses papilles pointues et épineuses dans la bouche et sur la gorge, qui aident à retenir et avaler les méduses glissantes.

Bien que les méduses soient leur aliment principal, les tortues luth peuvent également consommer d’autres types de cnidaires (comme les siphonophores), certains types de tunicates (comme les salpes), et parfois des crustacés flottants. Cependant, ces autres aliments constituent une petite partie de leur régime.

Il est important de noter que, bien que les méduses soient abondantes, elles contiennent très peu de nutriments. Cela signifie que les tortues luth doivent consommer une grande quantité de méduses pour répondre à leurs besoins énergétiques. Cette alimentation spécialisée rend les tortues luth particulièrement vulnérables à la pollution par les déchets plastiques, car elles peuvent confondre les sacs plastiques et autres débris avec les méduses, ce qui peut entraîner des blessures internes ou la mort.

Pourquoi la tortue luth est en voie de disparition ?

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est considérée comme une espèce en voie de disparition en raison de plusieurs facteurs humains et naturels qui menacent sa survie. Voici les principales raisons :

  • Prises accidentelles dans les engins de pêche : Les tortues luth sont souvent capturées accidentellement dans les filets de pêche, les palangres, et les chaluts destinés à d’autres espèces marines. Ces interactions accidentelles peuvent entraîner des blessures graves ou la mort des tortues.
  • Pollution marine : La pollution, en particulier par les plastiques, est une menace majeure pour les tortues luth. Elles confondent souvent les déchets plastiques flottants avec des méduses, leur principale source de nourriture, ce qui peut entraîner des obstructions digestives, des empoisonnements, ou la faim due à l’ingestion de matériaux non nutritifs.
  • Perte d’habitats de nidification : Le développement côtier, l’éclairage artificiel, l’activité humaine sur les plages et l’érosion côtière détruisent ou perturbent les habitats de nidification des tortues luth. Cela réduit le nombre de jeunes tortues survivant jusqu’à l’âge adulte.
  • Changement climatique : Les changements climatiques affectent les tortues luth de diverses manières, notamment par l’élévation du niveau de la mer qui peut submerger les sites de nidification, les modifications de la température de l’eau qui peuvent influencer les routes migratoires et la disponibilité des méduses, et les variations de température du sable qui peuvent affecter le sexe des tortillons.
  • Braconnage : Le braconnage des œufs de tortue et la chasse aux tortues pour leur viande ou leur huile sont toujours des problèmes dans certaines régions, malgré les lois et les réglementations internationales.
  • Maladies : Les tortues luth peuvent être affectées par diverses maladies et parasites, qui peuvent être exacerbés par le stress environnemental et la pollution.

Les efforts de conservation visent à aborder ces problèmes par le biais de réglementations de pêche plus strictes, de nettoyages de plages, de programmes de protection des sites de nidification, d’initiatives d’éducation publique, et de la recherche pour mieux comprendre les habitudes et les besoins des tortues luth. La coopération internationale est également cruciale, car les tortues luth migrent à travers les frontières nationales et les océans.

Comment protéger la tortue luth ?

Protéger la tortue luth, une espèce en voie de disparition, exige une approche globale impliquant à la fois des actions individuelles et collectives. Voici des mesures clés pour contribuer à la protection de cette espèce :

  • Réduire les prises accidentelles : Promouvoir et utiliser des pratiques de pêche responsables, telles que les dispositifs d’exclusion des tortues (DET) dans les filets de pêche, peut réduire significativement les prises accidentelles de tortues luth. Informer et former les pêcheurs sur les moyens de minimiser les impacts de leurs activités sur les tortues est également crucial.
  • Protéger les habitats de nidification : Les efforts pour conserver et protéger les plages de nidification sont vitaux. Cela peut inclure la restriction de l’accès aux sites de nidification pendant la saison de ponte, la réduction de la pollution lumineuse qui peut désorienter les tortillons, et la protection des zones côtières contre le développement et l’érosion.
  • Combattre la pollution marine : Réduire l’utilisation des plastiques, participer à des nettoyages de plages et sensibiliser à l’impact des déchets marins peuvent aider à diminuer la menace que représente la pollution sur les tortues luth.
  • Soutenir la recherche et la conservation : Appuyer les programmes de recherche et de suivi scientifique aide à mieux comprendre les comportements, les migrations et les besoins des tortues luth, ce qui est essentiel pour développer des stratégies de conservation efficaces.
  • Sensibiliser le public : Éduquer la communauté sur l’importance de la conservation des tortues luth et sur les actions que chacun peut entreprendre pour aider est fondamental. Cela peut impliquer des campagnes d’information, des programmes éducatifs dans les écoles et des initiatives de sensibilisation auprès des touristes.
  • Législation et application des lois : Encourager le développement et l’application de lois et de réglementations qui protègent les tortues luth et leurs habitats est crucial. Cela comprend le soutien aux accords internationaux et locaux sur la conservation marine et des espèces en danger.
  • Participation communautaire : Impliquer les communautés locales dans la conservation des tortues luth, en particulier celles proches des sites de nidification, peut mener à des efforts de conservation plus durables et efficaces.
  • Adoption de comportements responsables : Si vous êtes en mer ou à proximité de plages de nidification, respectez les directives pour protéger les tortues et leur habitat. Évitez de perturber les tortues en mer et sur les plages, et suivez les réglementations locales lors de la visite des sites de nidification.

En mettant en œuvre ces mesures, nous pouvons tous contribuer à la conservation des tortues luth et aider à assurer leur survie pour les générations futures.

Où habite la tortue luth ?

La tortue luth (Dermochelys coriacea) est une espèce de tortue marine qui habite les océans du monde entier. Voici plus de détails sur son habitat :

  • Répartition géographique : Les tortues luth se trouvent dans tous les océans du monde, des eaux tropicales aux eaux tempérées et parfois même subarctiques. Elles sont présentes dans l’Atlantique, le Pacifique, l’Indien et certains secteurs de la mer Méditerranée et de la mer Noire.
  • Zones d’alimentation : Les tortues luth passent la majorité de leur temps dans les eaux ouvertes (pélagiques). Elles préfèrent les eaux froides riches en méduses, leur principale source de nourriture. Ces zones comprennent les fronts océaniques où des courants chauds et froids se rencontrent, favorisant une abondance de vie marine.
  • Sites de nidification : Pour la nidification, les femelles retournent aux plages de sable dans les régions tropicales et subtropicales. Des sites de nidification connus incluent les côtes de l’Amérique centrale et du Sud (comme la Guyane française, le Suriname et le Costa Rica), les plages des Caraïbes, l’Asie du Sud-Est, certaines parties de l’Afrique de l’Ouest et du Nord, ainsi que le sud des États-Unis (notamment en Floride).
  • Migration : Les tortues luth sont connues pour leurs longues migrations entre leurs zones d’alimentation et leurs sites de nidification. Ces migrations peuvent couvrir des milliers de kilomètres. Elles peuvent voyager entre les eaux froides où elles s’alimentent et les plages chaudes où elles pondent leurs œufs.

Grâce à leur large répartition et à leur capacité à vivre dans divers environnements marins, les tortues luth sont considérées comme les tortues marines les plus migratrices et pélagiques. Cependant, cette grande mobilité les expose à diverses menaces à travers les différents océans qu’elles habitent.

A découvrir également

Être en Guyane
Ma vie en Guyane
Assister au Lancement de fusée depuis Kourou en Guyane
Guyane : Lancement de fusée depuis Kourou
Voyager dans les marais des Kaw en Guyane
Guyane : Au cœur des marais des Kaw
Affronter sa première mygale en Guyane
Tête à tête avec une mygale
Vie d'une expatriée en Guyane
La Guyane
Visite guidée en Guyane
Voyage-en-Guyane


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

La dernière édition de Jet-Lag magazine est disponible !

popup magazine