Rencontre avec l’architecte de Caldéa

Architecture

Rencontre avec l’architecte de Caldéa et du dernier Inuu en Andorre, l’immense centre thermoludique d’Andorre, travaille sur le projet du nouveau centre thermoludique de Caldéa. Rencontre avec Jean-Michel Ruols, architecte de Caldéa.

Rencontre avec l'architecte de Caldéa Rencontre avec l’architecte de Caldéa

Interview avec  Jean-Michel Ruols, architecte de Caldéa

Jet-lag-trips : Y a-t-il eu des problématiques lors de la construction de Caldéo en Andorre ?

Jean Michel Ruols : On ne peut pas parler de problématiques mais on s’est posé beaucoup de questions. Les premières interrogations portaient sur l’évolution du marché commercial de ce type d’équipement, en fonction de ce que l’on avait vécu comme retour d’expérience sur 20 ans. Deuxièmement, comment, après 20 ans de techniques évolutives, arriver à répondre aux attentes tout en ne cassant pas l’image qui avait contribué à faire venir le monde en Andorre ? Mais on a trouvé des réponses en faisant évoluer le bâtiment central pour lui donner une véritable effort de luxe.

Jet-lag-trips : Du point de vue architectural, quels ont été les complications ou les défis techniques auxquels vous avez été confronté ?
Jean Michel Ruols :Il y a 20 ans j’avais pris l’option, pas très évidente, de s’intégrer par le reflet, c’est à dire l’emploi des verres  à 15 degrés. Cela permet au climat de se répercuter dans les facettes et de faire changer les peaux, les couleurs de peaux et les matières en fonction des journées et des saisons. Dans les Pyrénées, ce bâtiment de Caldéa et d’Inuu désormais, change d’aspect quasiment tout le temps, il ne s’impose pas comme une verrue de couleur fixe comme cela peut arriver souvent. L’idée était de prolonger cette réflexion. A l’époque une forme avait été donnée, la pointe, la flèche de 80 mètres de haut, à l’image de celle que vont faire les Londoniens aujourd’hui ou de celle de San Francisco. On invente rarement quelque chose en architecture, donc j’ai pensé que l’extension devait se faire de façon plus horizontale, comme un axe tourné vers la ville. Ce spa en Andorre compte beaucoup pour moi et sera le cadre idéal pour un séjour bien-être en Andorre et en fait un haut lieu de prestige avec ce magnifique centre de balnéothérapie. Du moins c’est ainsi qu’a été construit cet espace détente à proximité des stations de ski de Granvalira.

JLT : Le Nouveau Centre Wellness aura comme vocation le bien-être intégral à la personne, celui du corps et de l’esprit. Comment est-ce que l’on pense l’intérieur d’un bâtiment pour créer une atmosphère qui amène le visiteur à se détendre ?

Jean Michel Ruols : Il fallait proposer un programme complémentaire tenant compte des oublis ou même des impasses que nous avions faites à l’époque, de façon à ce que le produit Caldea puisse se pérenniser. Caldea est connu jusqu’à Dubaï où j’ai travaillé. Il fallait redonner un souffle à cette locomotive d’un genre un peu particulier. Pour se faire on a trouvé l’idée de créer à 10m. de hauteur un balcon sur l’Andorre où seront plantés les bassins en gradins type Pamukkale en Turquie, des terrasses avec bassins extérieurs et des restaurants. La principauté andorrane est un pays qui a 300 jours de soleil par an. Les bassins en cascades et autres bains à remous seront animés d’une centaine de jets d’eau, et permettront au public d’accéder à l’espace soins beauté et massages, dans des eaux à température différentes avec des jetstreams et des chaises longues bouillonnantes, qui permettront un moment de relaxation.

Un spa en Andorre

Enfin des bains bouillonnants offriront un lieu de rêve pour se ressourcer et se relaxer dans des eaux thermales. Dans ce spa Andorre, l’espace soins se caractérisera par des alternatives lumineuses et un système de gestion de l’espace en quattro que j’ai inventé. Ce sont des cabines en forme d’œuf réparties suivant les pétales d’un trèfle à quatre feuilles. C’est un espace beaucoup plus soft en terme de lumière, éclairé par un aquarium géant d’environ 9 mètres de hauteur. L’idée est également de jouer avec l’eau thermale sous toutes ses formes en créant des alternances de chaud et de froid de façon à faire circuler le sang dans le corps. Nous sommes à la recherche du calme, de la contemplation, d’une introspection, plutôt que du simple voyeurisme dont on a l’habitude aujourd’hui à la télévision et au cinéma. Les bienfaits de l’eau se feront ressentir sur tout le corps et dans l’esprit également. Ce centre aquatique est l’un des plus en vogue que j’ai construit.

JLT : 1994 – 2012 : En une phrase, que vous a apporté l’expérience Caldea ?
Jean Michel Ruols : Avec mes autres travaux comme le Parc Astérix ou une ville à Dubaï, j’ai appris à travailler la notion d’architecture rentable, puisque le coût d’entrée per capita est directement liée à la dépense par mètre carré. La rentabilité au sens générique et financier du terme mais aussi en doublons vis à vis des clients. Le client satisfait a rentabilisé sont investissement. Aujourd’hui on devrait être à un tournant. Nous ne devons plus rechercher uniquement l’esthétique, la fonctionnalité ou le « bricoloqique » mais plutôt la rentabilité humaine de tout acte humain, à travers notre métier.

Infos pratiques !

Tarif de l’entrée de Caldéa :

30€

A propos...
snipet-image

Jean-Michel Ruols

alias Jean-Michel Ruols

Architecte de Caldéa

https://www.facebook.com/jeanmichel.ruols

50 Avenue de Wagram Paris

Paris


Rédigé par Christel Caulet

le 11 juillet 2012

5 commentaires

  • […] Caldéa et Inuu : l’espace zen pour souffler et décompresser. Une étape indiscutable pour profiter d’un espace de balnéothérapie avec toute une gamme de soins adaptés à vos besoins. Une véritable soupape pour oublier le stress… Si vous préférez les espaces plus intimes et convivial, le spa du Plazza Andorra vous proposera un agréable moment cocooning. […]

  • […] L’architecte a conçu les établissements Lungarno. Par conséquent, il n’est pas étranger aux intérieurs chics contemporains- mais celui-ci n’est pas tout à fait du même moule. En fin de compte, ce qui rend le JK Place si spécial est un sentiment d’intimité – il n’y a aucune réception, d’une part. Plutôt avec des petits salons avec des cheminées et une profusion d’antiquités et d’œuvres d’art pour créer le sentiment d’une demeure privée, et le fait qu’il y a qu’une vingtaine de chambres rend l’illusion de la maison d’hôtes tout à fait plausible. […]

  • […] l’espace à volonté au carrefour de montagnes enneigées, de l’eau comme fil conducteur entre Caldéa et Inuu le nouveau centre de bien-être au budget colossal de 46 millions d’euros et de la […]

  • […] le 18ème siècle français. Et c’est à New-York au cœur de Manhattan que les deux architectes ont élaboré leur sublime […]

  • […] moyenne était de 95 % et le spectacle a été l’un des principaux motifs de visite Andorre au mois de juillet auquel s’ajoute les spas et le bien-être ! L’Andorre, une […]

Un petit mot à ajouter ?