Croiser une araignée matoutou en Guyane

Croiser une mygale en Guyane. Mon premier Tête à tête avec une mygale en Guyane fut intense. Un peu de hasard et une grande excitation de voir en vrai la fameuse bestiole. Finalement, elle ne paraissait pas si méchante. Un voyage sensationnel au vrai sens du terme au coeur du département français. En Guyane, destination sensations, vous en croiserez très certainement mais rassurez-vous, les arthropodes sont bénignes. Elles sont même belles, leurs poils rouges se remarquent, sa taille aussi. Les arachnophobes passeront leur chemin bien évidemment. Mais pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une sacrée bestiole.

Araignée matoutou

Notre premier tête à tête fut donc bref et intense comme vous pouvez l’imaginez, cela faisait à peine quelques jours que j’étais arrivée en Guyane que déjà j’en croisais une sur notre parking. C’était la fin de la journée, le soleil se couchant plus tôt qu’en Europe, il devait être vers les 17h45 quand je la vis. Elle galopait sur le gravier.

Matoutou guyane taille

Certes, elle paraissait grosse pour une araignée mais finalement moins grosse que ce que j’avais pu imaginer. J’ai bien évidemment eu peur. J’ai même hurlé, je crois. Dans ce Climat équatorial les bestioles Velues sont fréquentes dans les zones Humides et plus particulièrement lors de la Saison des pluies, Même si je n’ai pas atteinte d’Arachnophobie, je dois bien reconnaitre que mon cœur battait la chamade et la morsure de cette bête a évidemment parcouru mon cerveau. Pourtant ce modèle créole n’est absolument pas dangereux pour l’homme même si vous vous faisiez Mordre. Les piqures ne sont pas Dangereuses. Elle est plus impressionnante qu’autre chose… J’ai alors pensé à ma tante qui a une véritable phobie des araignées.

Matoutou maison guyane

Un de mes colocataires à l’époque, Mathieu, est même venu, l’a attrapée par le dos et me l’a présentée comme un trophée. La Velue misérable gesticulait ces longues pâtes et me regardait avec inquiétude, le temps bien évidemment de faire une photo souvenir et nous l’avons relâchée. Oui, nous ne sommes pas des anti-mygales. Évidemment, elle avait un petit nom, cette belle mygale, notre proie s’appelait Matoutou.

Matoutou guyane francaise

La Matoutou (Avicularia avicuaria) est même érigée au rang d’animal quasi-domestique dans les forêts tropicales en Amérique du Sud ou dans les régions tropicales. On la reconnaît à l’extrémité orangée de ses longues pattes. Ce spécimen affectionne le voisinage des maisons et loge fréquemment dans les trous de mur ou dans l’entonnoir des Broméliacées (plantes épiphytes de la famille des ananas), un terrier comme un autre pour petit cocon. Cette première rencontre fut donc brève mais intense. La peur des araignées est fréquente. Les garçons à l’appartement avait aimé imaginer en garder quelques unes en captivité. Idée qui n’avait bien évidemment pas été approuvée par la gente féminine.

Insectes guyane matoutou

Cet animal femelle se nourrie de petites bêtes comme les fourmis. Mais encore une fois, ce n’est pas une Veuve noire, une araignée venimeuse dont la piqure peut vous tuer est considérée comme un véritable prédateur au même titre que les serpents les plus venimeux. On trouve cette dernière dans les zones désertiques en Australie. Heureusement que je n’étais pas arachnophobe. Pour moi, les moustiques étaient un plus gros danger qu’une matoutou qui n’est pas venimeuse.

Matoutou guyane morsure

Cette fois, j’étais sur notre immense terrasse quand sur les parapets blancs, cet insecte s’est distingué. J’ai donc rehurlé… Oui, oui, c’est le code. Un autre de mes colocataires est arrivé, l’a immédiatement repéré et l’a attrapé. Évidemment, pour eux, c’était une gloire. Pour moi, j’avais tout sauf un visage triomphaliste. Je flippais et j’imaginais ces charmantes matoutous venir me chatouiller les pieds en pleine nuit. Il fallait donc que je me familiarise avec la bestiole. Je l’ai donc prise dans la main. A ce premier contact,  l’intensité était maximale pour moi. Le contact fut léger et velouté… Mais impossible de l’immobiliser.

Matoutou falaise

Même si elle avait des crochets au bout des longues pâtes, elle ne m’attaquait pas. Elle tentait de s’évader en gesticulant dans tous les sens. Elle s’est même mise à galoper sur ma main avant de grimper sur mon bras. Frisson garanti lors d’un voyage en Guyane. Cette espèce d’araignée tropicale n’est pas agressive, elle possède un large abdomen et est inoffensive car elle n’a pas de venin. Sensations fortes garanties ! Sa mauvaise réputation la précède, on imagine souvent des morsures terrible de ces femelles d’araignées. Or, il en est rien. Pourtant cette espèce d’araignée géante est même recherchée par les spécialistes….

Avicularia

La fois où j’ai eu plus peur fut un matin sur la table. Là, ce n’était pas une mygale mais 6 mygales assez grosses qui dansaient sur la table du petit déjeuner avec les restes. La peur n’était pas due à la Matoutou mais à leur nombre. Ce n’était plus une grosse araignée mais 6 très grosses araignées avec lesquelles je partageais ma terrasse. Évidemment que j’avais peur. Mathieu, toujours à l’affut de ces bestioles, est venu, les a toutes attrapées et les a mises dans une boite. Puis, il m’a dit qu’il allait les relâchées de l’autre côté de la rue pour que je sois tranquille.

Matoutou guyane venimeuse

Je ne sais pas si c’était vrai ou pas mais je l’ai cru tellement ravie de ne plus les voir comme lors de notre excursion dans les Marais de Kaw qui est un véritable vivarium. Guêpe, puces, tarentule, cafards, mites, grillons, scorpions et punaises s’y croisent au milieu de nombreux autres insectes. Sans oublier les grenouilles, crabes et autres poissons dans les eaux des marais ou la vipère dans la végétation luxuriante. J’apprendrais à me déplacer à chaque fois avec un anti-venin par précaution même si je ne m’en suis jamais servie.

Mygale martinique

Cette araignée est protégée sur le territoire national. La Matoutou falaise de Martinique étant largement commercialisée dans le monde entier, un arrêté a été pris pour la préserver.

Matoutou bleue

Elle mesure environ 10 cm de long et vit dans les forêts humides du nord de la Martinique et est de couleur bleue ou verte avec des rayures noires et tend vers le violet sur les pattes.

Quelle est l’araignée la plus dangereuse du monde ?

La veuve noire américaine est une espèce d’arachnide de la famille des Theridiidae, vivant aux États-Unis et au Mexique. Très petites, 15 mm pour les femelles et 7 à 9 mm pour les mâles, les veuves noires sont tout aussi intimidantes.

Où trouve-t-on les plus grosse araignée du monde ?

Theraphosa blondi est également connue sous le nom de Mygale de Leblond. Son envergure peut atteindre 30 centimètres et il pèse 170 grammes. On le trouve dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud.

Où voir des matoutou en martinique ?

Pour voir des Matutoufales perchés dans les arbres, il faut se rendre dans les forêts tropicales des communes du Prêcheur et de Grand-Rivière au nord de la Martinique. Ils aiment particulièrement les Zamanas (vous trouverez leurs beaux spécimens au domaine Céron).

Quelle est la taille de la plus grosse araignée du monde ?

Ces araignées varient en taille de la plus petite 6 cm à près de 30 cm pour la plus grande araignée du monde, la tarentule de Leblond. Les tarentules sont des animaux étonnants. Il mue plusieurs fois au cours du développement et peut même changer de couleur plusieurs fois.

Est-ce que la matoutou est dangereuse ?


La Matoutou, aussi connue sous le nom de mygale en français, fait référence à plusieurs espèces d’araignées appartenant à la famille des Theraphosidae. En général, lorsqu’on parle de « Matoutou » dans les Caraïbes, on fait souvent référence à la Matoutou Falaise, une espèce particulière de mygale trouvée notamment en Martinique et en Guadeloupe.

Bien que l’aspect de ces grosses araignées puisse être effrayant pour beaucoup de personnes, elles ne sont généralement pas considérées comme dangereuses pour l’homme. Voici quelques points à noter sur la Matoutou :

  • Venin : Toutes les mygales sont venimeuses, y compris la Matoutou, mais leur venin n’est généralement pas considéré comme dangereux pour l’homme, sauf allergie spécifique ou réaction particulière. La morsure peut être douloureuse, similaire à une piqûre d’abeille pour la plupart des gens, mais elle n’est généralement pas plus grave.
  • Comportement : Les Matoutous sont connues pour être relativement recluses et évitent l’interaction avec les humains. Elles ne mordent que si elles se sentent menacées ou provoquées. Dans la plupart des cas, elles préféreront fuir ou se cacher.
  • Précautions : Comme avec toutes les créatures sauvages, il est conseillé de ne pas les manipuler ou les provoquer. Si vous vivez dans une région où les Matoutous sont présentes, prendre des précautions comme secouer les vêtements ou les chaussures avant de les mettre peut prévenir des rencontres inattendues.
  • Importance écologique : Les Matoutous, comme d’autres araignées, jouent un rôle important dans l’écosystème en régulant les populations d’insectes.

En résumé, bien que leur apparence et leur taille puissent susciter la peur, les Matoutous ne sont généralement pas une menace pour les humains. Il est toujours sage d’adopter une attitude de respect et de précaution autour de toutes les créatures sauvages. Si vous avez une morsure d’araignée et que vous êtes inquiet ou que vous avez des réactions inhabituelles, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé.

Où vit la matoutou ?

La Matoutou, ou mygale, est principalement trouvée dans les régions des Caraïbes, notamment en Martinique et en Guadeloupe. Voici quelques détails sur son habitat :

  • Forêts tropicales et subtropicales : La Matoutou préfère les climats chauds et humides typiques des forêts tropicales et subtropicales. Elle se retrouve souvent dans les zones boisées où elle peut trouver abri et nourriture.
  • Zones rocheuses et falaises : La Matoutou Falaise, en particulier, est connue pour vivre dans des zones rocheuses et sur des falaises, d’où son nom. Elle y trouve des crevasses et des cavités pour tisser sa toile et se cacher.
  • Près des habitations humaines : Bien que ces araignées préfèrent les zones moins perturbées, il n’est pas rare qu’elles soient trouvées dans ou autour des habitations humaines, surtout si ces dernières sont proches de zones naturelles. Elles peuvent s’introduire dans les maisons en quête de nourriture ou d’un abri.

Les Matoutous sont des araignées solitaires qui chassent la nuit. Pendant la journée, elles se cachent généralement dans leurs toiles ou sous des roches et des débris. Comme toutes les espèces, leur habitat précis peut varier légèrement en fonction des conditions locales et de la disponibilité de la nourriture. Si vous êtes dans les Caraïbes et intéressé par l’observation de ces araignées, il est souvent recommandé de se joindre à des visites guidées ou de parler avec des locaux qui connaissent bien leur comportement et leur habitat.

Quelle araignée en guadeloupe ?


En Guadeloupe, plusieurs espèces d’araignées peuvent être observées, allant de petites araignées inoffensives à des espèces plus grandes comme la Matoutou. Voici quelques-unes des araignées que vous pourriez rencontrer en Guadeloupe :

  • Matoutou Falaise (Avicularia versicolor ou Caribena versicolor) : C’est l’une des araignées les plus célèbres des Antilles, notamment pour sa taille imposante et sa nature relativement docile. Elle est connue pour ses couleurs vives lorsqu’elle est jeune.
  • Argiope argentée (Argiope argentata) : C’est une araignée qui crée de grandes toiles avec des motifs en zigzag caractéristiques. Elle est souvent trouvée dans les jardins et les zones ouvertes.
  • Araignées sauteuses (Famille des Salticidae) : Ces petites araignées sont connues pour leurs mouvements rapides et leur capacité à sauter de longues distances. Elles sont souvent colorées et se trouvent dans une variété d’habitats.
  • Araignées loup (Famille des Lycosidae) : Ces araignées sont souvent trouvées au sol, où elles chassent activement leur proie au lieu de construire des toiles.
  • Araignées à toile orbiculaire (Famille des Araneidae) : Ces araignées construisent des toiles circulaires typiques et sont souvent trouvées dans les jardins ou les forêts.

Il est important de noter que, bien que la présence d’araignées puisse être inquiétante pour certaines personnes, la plupart des araignées sont inoffensives et jouent un rôle crucial dans l’écosystème en tant que contrôleurs de population d’insectes. En Guadeloupe, comme dans d’autres régions tropicales, la diversité des araignées est haute, reflétant la richesse de la biodiversité de l’île. Si vous observez ou rencontrez des araignées pendant votre séjour, il est bon de garder une distance respectueuse et de les observer sans les perturber. Si vous avez des préoccupations spécifiques sur les araignées ou tout autre animal sauvage, il est recommandé de consulter des guides locaux ou des experts en faune.

Infos pratiques

Crédit photo : Nous 4 en Guyane

photos Matoutou Guyane

Tête à tête - mygale
Tête à tête – mygale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

La dernière édition de Jet-Lag magazine est disponible !

popup magazine