Olivier Jean par amour des vignes

Oenotourisme

Olivier Jean par amour des vignes. L’agriculture biologique connait un incontestable succès  auprès des viticulteurs. Selon les derniers chiffres publiés par la profession, la viticulture en mode de production biologique a dépassé en France les 50.000 hectares, contre 39.000 en 2009. Le Languedoc, la Provence et l’Aquitaine sont en tête des régions françaises pour la vigne bio. Pourtant près de Gaillac aussi, à une heure de Toulouse, plusieurs vignobles sont passés au bio. Rencontres avec un de ces vignerons.

Olivier Jean par amour des vignes Olivier Jean par amour des vignes

 

Olivier Jean par passion pour les vignes

Cultiver bio était le passage obligé pour être totalement en adéquation avec sa philosophie de pensée. Olivier Jean n’est pas du style à faire les choses à moitié. Promis à une grande carrière dans l’ingénierie, ce diplômé de l’école des Mines change de vocation lors d’un stage en Suède. « J’avais tout le temps de réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie. En l’occurrence, j’étais convaincu que l’environnement pour lequel mes études m’avaient dirigé ne me ressemblait absolument pas. J’avais besoin d’espace, de trouver un vrai sens à ce que je faisais. » Le nombre d’exploitations est passé de 3.000 à 4.000, ce qui est une progression spectaculaire.

Le stage terminé, il revient dans sa région natale près de Gaillac, dans le Tarn. « J’ai eu comme une révélation. Mon père, un ancien distributeur de vins, m’avait toujours déconseillé de travailler dans  cet environnement. Évidemment, j’ai choisi cette filière ! », raconte-t-il, l’œil espiègle. Le jeune homme décide d’apprendre sur le tas comment faire de grands vins de Gaillac. Il contacte alors plusieurs vignobles aux alentours et propose un deal alléchant. « Je mettais mes compétences en terme de gestion, d’économie et d’organisation du travail pour un smic en échange de toutes les ficelles du métier ».  La recette marche. Il se lance dans la biodynamie en retroussant ses manches avec la volonté de se démarquer de ses concurrents directs dans un respect de l’environnement assez novateur, sans aucun engrais chimique.

Un vignoble bio, plus qu’un symbole

Pendant plusieurs années, il se consacre à différents vignobles, apprenant à chaque fois davantage et des spécificités propres à chaque terre. Plus argileuse à certains endroits qu’à d’autres, plus douces ou difficiles à travailler. A chaque fois, le même résultat :  « Évidemment, j’ai eu envie d’avoir mon propre vignoble mais je n’avais pas les moyens de m’en offrir un et comme mes parents n’étaient pas eux-mêmes du métier, c’était compliqué. », confie Olivier Jean par amour des vignes. Il ne se désarme pas pour autant. Farouche, il rencontre deux frères suisses qui recherchent alors un gestionnaire pour développer le potentiel de leur terre, niché en haut d’un promontoire où de souples coteaux plantés de vignes montent en vagues vertes. A l’époque, c’est 25 hectares qu’il lui faut gérer.  Aujourd’hui, huit ans plus tard, le vignoble en compte 70. A chaque fois, la même énergie et la même passion pour cultiver des Millésimes en puissance, ces vins rouges au grain particulier, ces tannins reconnaissables parmi des milliers. Mais il y a aussi ce vin blanc pétillant, rafraichissant qui étonne par son goût en bouche. Sa finesse étonne, épate même en apportant toute la rondeur souhaitée avec ce type de vins. «  J’ai souhaité faire évoluer notre production vers le bio parce que c’est aujourd’hui qu’on prépare le vin de demain avec ces vins biologiques aux notes fruitées. »

En soi, le bio exige davantage de rigueur. Oubliez les pesticides et les traitements, aujourd’hui, le vignoble Les Vignals peut se vanter d’être à l’écoute de sa terre. « On fait beaucoup plus de prévention, on regarde tous les jours nos vignes pour savoir comment elles évoluent. Jour et nuit, il faut surveiller l’évolution des plantes, les éventuels parasites. Il est vrai aussi que pour moi, cela coulait sous le sens de passer au bio, par respect pour mes collaborateurs. L’utilisation de produits chimiques peut avoir des conséquences sur la santé et la fertilité du personnel. Pour moi, il était tout simplement inconcevable de leur faire prendre ce risque », souligne Olivier Jean par amour des vignes.

Pour ce viticulteur, « la production 2011 sera un bon cru ». D’ailleurs, une commande de 6000 bouteilles est prête à partir pour les États-Unis. L’occasion de partir en séjour d’oenotourisme ! Pour lui, aucun doute possible, ce Gaillac s’inscrit parmi les meilleurs vins de France. Un vin qui se démarque immédiatement dès qu’on le déguste avec un bout de saucisse sèche pour rester local. Mais il ne vaut mieux pas en abuser si on veut éviter toute gueule de bois !

 

Pour en savoir plus

A découvrir

Visite des caves du Porto Sandeman Visite des caves du Porto Sandeman

Le Madiran, le vin de l’émotion ! Le Madiran, le vin de l’émotion !

Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis Le rosé plaisir avec la cuvée cigale du Château de Bouis

Un rosé sec du Château Prieuré Marquet Un rosé sec du Château Prieuré Marquet

La curiosité la mieux gardée de St Emilion La curiosité la mieux gardée de St Emilion

 

 

 

 

 

 

Les lundis œnologiques du 114 Faubourg au Bristol Paris Les lundis œnologiques du 114 Faubourg au Bristol Paris

Notez ce produit
snipet-image
par

Olivier Jean par amour des vignes

4.5 une etoileune etoileune etoileune etoileune etoile (basé sur 5 avis)

Rédigé par Christel Caulet

le 29 octobre 2012

4 commentaires

  • […] Gaillac est un drôle de vignoble, tranché net par le Tarn qui sépare deux rives extrêmement différentes, un peu comme le Bordelais de part et d’autre de la Garonne. Une  rive gauche qui affiche un sol caillouteux, assez pauvre, pour des vins souples, fins en bouche. Une rive droite qui offre une terre profonde, argilo-calcaire et  des vins robustes au goût affirmé. Gaillac : ce vin qui marque son territoire ! […]

  • […] Fabre lance la Table des Vignerons à Toulouse. Pierre Fabre n’était pas vigneron de métier. Pourtant le propriétaire de […]

  • […] au Bristol le lundi !Découvrir un rosé qui a du relief ! Découvrir les Gaillacs à ToulouseOn a rencontré Olivier Jean, viticulteurfunction ahc_getXmlHttp(){var e;try{e=new ActiveXObject("Msxml2.XMLHTTP")}catch(t){try{e=new […]

  • […] similairesOlivier Jean par amour des vignesDomaine Saint-Firmin au cœur de l’UzègeVoyage : L’hôtel Sofitel Paris […]

Un petit mot à ajouter ?