Manger des insectes en Thaïlande

Manger Restaurant asiatique Thaïlande

Manger des insectes en Thaïlande. Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’étais curieuse de vivre cette expérience et quand je regarde Koh Lanta -ça m’arrive-, j’aime me dire que ce ne serait pas un souci pour moi de manger les bestioles qu’ils ont lors d’un des jeux. Bref, quand je me suis retrouvée devant les bestioles, ma voix a changé…

Oser manger des insectes en Thaïlande

Manger des insectes en Thaïlande Manger des insectes en Thaïlande

D’abord, il y a eu la surprise. Julien est allé chercher à manger pendant que moi, je m’installais dans notre cabane de Robinson Crusoé en Thaïlande en Asie du Sud Est. J’ai attrapé un bouquin et me suis installée sur la terrasse à Sukkotai.  Il est revenu les mains chargées mais pas tant que ça… Il a sorti du sac plastique : des boissons, du riz sucré et puis un sachet tout petit avec des trucs noirs auxquels je n’ai pas prêté attention. Puis on s’est mis à discuter du planning du lendemain quand il a ouvert le sachet pour le verser machinalement dans une petite gamelle thaïe.

Consommer des insectes

Et là, j’ai eu peur. Sur le coup. Immédiatement. Il en a même rigolé quand il a du voir ma tête. « C’est riche en protéine animale », m’a-t-il dit. Puis je me suis resaisie. Ce n’était que quelques grillons et des vers qui étaient dans cette assiette. Mais ça fait un choc et en même temps la curiosité m’appelle à les déguster. Ensuite, j’ai compris qu’il allait falloir les goûter. Ce qui aux premiers abords me semblait carrément impossible. J’ai alors attrapé un gros grillon noir par ses pattes même s’il ne bougeait plus. De quoi vous couper la faim… Et puis l’idée d’avoir ça dans le ventre m’a fait frissonner. Difficile de croire que ces petites bestioles peuvent vous nourrir. Pourtant elles sont bien comestibles, riche en valeurs nutritionnelles. Avec des qualités nutritionnelles rares. L’avantage surtout : aucune matière grasse ! Parfait donc pour mon régime alimentaire. Oubliez donc le bétail et autres viandes rouges que l’on mange trop souvent. Au départ, j’appréhende d’ingurgiter la bestiole telle qu’elle est. Par conséquent, je la considère davantage comme une sucette, essayant d’oublier ce que j’ai dans la bouche. Alors l’avaler, c’est une autre étape à laquelle je me refuse au départ.

Une fois passé le dégoût, on parvient à se libérer et à manger les coléoptères sans trop de difficulté. Ils sont même considéré en Thaïlande comme un produit alimentaire ! Ces denrées sont croquantes et ont un goût de châtaigne ou de cacahuètes. Leur valeur nutritive serait dingue ! Incontestablement, cela oblige à changer nos habitudes alimentaires. Ces petites bestioles sont considérés ici comme des friandises, frits et pleine de saveur comme on mangerait des chips. Cela croustille gentiment sous la dent au moment de l’apéro. Quand en plus on sait qu’à l’avenir elles seraient le meilleur rempart contre le gaspillage alimentaire et la malnutrition et pour faire face au réchauffement planétaire… Alors si en plus, cela pouvait sauver la planète… Une fois la sécurité alimentaire assurée, l’impact sur l’environnement entre alors en jeu… Sauterelle, grillon, termites, blattes, cochenilles, vers, criquet, scorpion, scarabée, vers à soie, cigale, libellule, cricket, larves, fourmis et autres insectes s’alignent donc dans nos assiettes. Et si ces nuisibles que l’on trouve dans la nature avaient du goût ? Il faut croire qu’après dégustation, je ne peux que le confirmer. Les petites bêtes seraient des denrées alimentaires idéales pour lutter contre la malbouffe et l’obésité.

Quelques grillons et des chenilles au menu !

Mais comme je ne suis pas du style à abandonner, je me suis forcée à le mettre dans la bouche. La sensation est difficile à appréhender. J’imagine bien qu’en lisant cet article vous vous dites que je suis timbrée de croquer des insectes comestibles. Je dois l’être alors. Le plus difficile, en fait, c’est de se lancer à grignoter ces petites bêtes. Car une fois que vous passez outre le fait que ce soit un insecte que vous avez dans la bouche, vous pouvez alors apprécier l’instant.

Julien a testé les insectes en plat en Thaïlande Julien a testé les insectes en plat en Thaïlande

Pour ma part, j’ai trouvé ça croquant et super bon. Les Thaïlandais les font frire avec une sauce qui est super délicieuse. En revanche, j’ai eu plus de mal avec les chenilles… Cela avait un goût de châtaigne, très doux en bouche. Mais c’est mou, ce qui laisse une drôle d’impression en bouche. Finalement, on a presque fini l’assiette puis on est passé à des plats plus consistants. Et comme l’appétit vient en mangeant, on se retrouve presqu’à terminer l’assiette. Tout pour une alimentation équilibrée !

Moi face à mon deuxième grillon Moi face à mon deuxième grillon

Dans tous les cas, je ne regrette pas cette expérience. D’ailleurs, pour ne pas vous mentir, on en a racheté quelques jours plus tard…

Notre road-trip en Thaïlande

Pour en savoir plus

Vous cherchez des astuces pour bien préparer son voyage en Thaïlande ? Des conseils de voyageurs, astuces et bonnes adresses en Thaïlande ?