Share

Le spa du Rayavadee Resort à Krabi

Spa Thaïlande

Le spa du Rayavadee Resort à Krabi : Il y a des endroits qui vous apaisent dès qu’on en pousse la porte. En l’occurrence, le spa du Rayavadee Resort à Krabi où j’ai eu la chance d’aller lors de mon voyage en Thaïlande. Découverte d’un lieu pas comme les autres…

Le spa du Rayavadee Resort à Krabi Le spa du Rayavadee Resort à Krabi

Le spa du Rayavadee Resort à Krabi

Certains endroits quand même il faut bien le reconnaître sortent du lot. A des années abyssales de tout ce que j’ai pu connaitre jusque là, je dois bien l’avouer. Le spa du Rayavadee Resort à Krabi est une perle au vrai sens du terme. Taillée sur mesure pour des soins d’une qualité d’une autre planète. C’est vrai que là, pas d’autre choix que de dire du bien et même beaucoup de bien… Ce n’est pas que j’ai été payée pour le faire, pas un seul centime n’a été négocié pour l’écriture de cet article. Mais je le reconnais aisément : Difficile de trouver une anicroche, un truc qui n’aille pas dans ce spa.

Ici, pas question de soin sans un diagnostic préalable, pas d’endroit sale, pas de musique stressante, pas  un seul bruit qui vienne interrompre votre moment de quiétude. Je ne sais comment l’écrire : Cet endroit incarne à mes yeux le meilleur spa où j’ai été récemment. Et pourtant, si vous regardez un peu les articles que j’ai déjà écrit sur les spas, vous comprendrez que j’aime ça. J’adore les massages, le bien-être et tout ce qui a trait à la beauté à vrai dire. C’était mon job initial. J’écrivais des pages beauté pour le Figaro Madame. Aujourd’hui, quand j’ai l’occasion de tester un spa, je ne m’en gêne pas.

L’habitude de se faire masser

Donc quand j’arrive à ce spa, ce n’est pas le premier qui m’invite à un soin alors comment dire ? J’ai une certaine habitude à être agréablement chouchouté, défaut professionnel très certainement. Mais bon, j’arrive devant ce spa en me disant que l’on va me masser une fois de plus. Sans plus dans ma tête, histoire de ne pas être déçue par l’endroit. De plus, ayant une vertèbre qui swingue gentiment dans mon dos, j’ai un peu peur de me laisser masser. Cela m’est déjà arrivée de me faire masser et de ressortir bien plus mal que ce que j’étais en rentrant. Dans ces cas là, je ne recommande pas le lieu. Vous m’imaginez très sincèrement vous envoyer vous faire égorger le porte-monnaie pour un massage raté ?  ! Ce serait mal me connaître, moi qui vous compte comme mes grandes copines.

Bref, là, quand j’ouvre la porte, je ne me suis pas fait de films dans ma tête. On verra bien sur place. Quand j’entre dans ce spa, la salle d’accueil est  immensément démentielle. Le silence habite les lieux.  Un bassin est face à moi avec à l’intérieur quelques nains de jardin à la sauce thaï. Je n’ai pas le temps d’admirer les lieux que des parfums bariolées d’orchidées viennent me happer. Je prends alors quelques secondes à m’imprégner de ce lieu. Puis, arrive une thérapeute. Blouse blanche, claquette au pied, les cheveux relevés dans un chignon épais. Elle m’invite alors à la rejoindre.

Entretien préalable avant massage

Après avoir pris place dans ces magnifiques fauteuils asiatiques, je suis un peu inquiète. Elle me met à l’aise avec ses sourires irrésistibles et entame son jeu de question pour connaître mes attentes. Très vite, je lui expose les faits : Une belle gamelle en scooter m’a vrillée une vertèbre au bas du dos et j’ai les genoux qui pissent du sang fréquemment. Inquiète, elle me demande si cela ne me dérange pas de lui montrer mes genoux. Je m’exécute. Elle retourne derrière son bureau en bois exotique, puis note en thaï l’état de mes blessures – enfin, j’imagine ne parlant pas thaï.

S’en suivent une série de questions que les bons spas vous posent habituellement. D’ailleurs si on ne vous les pose pas, partez en courant ! Elles abordent les thèmes de la santé, opération éventuelle dans les 5 ans précédents, douleurs particulières, problème de thyroïde… A chaque détail mentionné, elle s’applique à rédiger une fiche la plus complète qu’il soit. Puis vient l’instant où on vous parle du massage. Car oui, un massage peut avoir plusieurs buts : thérapeutiques, bien-être. Je lui explique alors mes craintes et mes réticences à lui donner mon dos.

Science de la réflexologie

Bref, elle sourit et me répond qu’elle a déjà noté que le massage éviterait les genoux et le bas du dos. Elle me pointe même la zone où s’est écrit comme si par magie je pouvais comprendre ce qu’elle a écrit. Mais bon peu importe… Puis vient le moment où elle doit déterminer la puissance du massage car en Thaïlande, c’est une véritable science sur la thérapie plantaire qui existe. Par conséquent les degrés de massage évoluent de léger à ultra puissant. Je souris et lui dis qu’avec l’état de mon dos, je préfère léger. Elle comprend et me quitte pour aller vers les cabines de massage. Elle revient alors accompagnée de Pim, masseuse experte en réflexologie plantaire, fait les présentations et m’encourage à suivre la jeune femme.

Je me lève en faisant très attention à mon dos douloureux et rejoins Pim dans la cabine. Cette dernière est un endroit, un havre de paix au sens global du terme. Au plafond, une fleur de bananier dispatche une lumière tamisée. Un banc de massage trône en plein milieu. Jusque là, rien de bien nouveau sur la planète spa ! Là où ça change c’est avec la culotte qu’elle me donne pour me changer. Très sincèrement je n’ai jamais compris comment des établissements de luxe peuvent proposer les 3/4 du temps ces  bouts de fil qui ressemble à un bikini mal taillé. Bref, je déteste ces slips qui ressemblent à tout sauf à une culotte. C’est, pour moi, un facteur bloquant au relâchement que je viens chercher dans ce type d’endroit. Là, aussi étrangement que cela puisse paraitre, c’est bien une vraie culotte noire et non transparente qui m’est confiée. Un peu plus, j’ajouterai que ces culottes sont plus proches de celles de ma grand-mère que de celles de Kim Kardashian. Bref, c’est total confort pour cet instant d’intimité.

Deuxième étape : le bassin des pieds

Là encore, dans un coin de la pièce, un petit tabouret vous invite à la position assise avant de rejoindre le  banc de massage. Une fois assise, je lui confie mes pieds, assez intimidée. Je me dois de vous préciser que quelques jours avant cela, j’avais effectué un massage des pieds. Je m’étais retrouvée avec des bleus sur les jambes comme jamais. Donc là, j’ai un peu la pétoche. Même beaucoup. Pim me prend une jambe, me nettoie le pied et   commence à me le masser en appuyant juste ce qu’il faut. C’est ultra agréable. Je retrouve alors le sourire. Puis vient l’autre jambe, même effet !

Direction le banc de massage

Je m’allonge au départ sur le dos avec délicatesse et en serrant les dents. Étant particulièrement attentive, Pim comprend que je souffre du dos. Elle attrape alors mes jambes et tente de me rassurer en me les repliant. Elle scrute avec attention mes orteils et ma voute plantaire. Puis me demande de me tourner sur le ventre. J’avoue c’est le moment pour moi le plus critique ayant autant d’agilité qu’une barre de fer. Quelle n’est pas ma surprise lorsque je l’entends monter sur le banc de massage. Là, je flippe parce que je me dis qu’on va tomber. Avec une agilité impressionnante, elle est déjà remontée sur mon dos, chose qui aurait du me faire bondir ! Mais non, elle contrôle et ne me fait pas mal. Ses mains galopent sur mon dos et je parviens même à me détendre. Puis elle passe aux bras, aux mains qu’elle me manipule dans tous les sens. Puis vient l’instant royal par excellence, le massage du visage…  Elle s’attarde au départ au torse puis très vite, ses mains remontent sur mon visage pour me masser le contour du visage. J’avoue j’ai surkiffé cet instant. Probablement mon préféré… Enfin, elle termine le geste sur mon crâne, la main se perdant dans mes cheveux.

Moi, à cet instant, je ne touche pas terre. J’ai l’impression d’avoir été touchée par la main de Dieu s’il existe tellement c’était doux et à poigne par moment. Un juste dosage de pressions aux bons endroits. Mon seul regret, c’est quand elle me dit que c’est dommage que je ne revienne pas car au bout d’une semaine je me serai sentie vraiment mieux. Je souris malgré la vague de tristesse qui m’envahit. Mais ne soyons pas défaitistes : Je parviens à me relever toute seule du banc de massage. Certes la douleur est encore présente mais beaucoup moins intense.

Fin du voyage en perspective

Inutile de vous préciser que la fin de ce voyage se rapprochant, je pense tout simplement que si je n’avais pas croisé la route de Pim du Rayavadee Resort, je suis sure que le temps aurait été beaucoup trop long pour moi même si j’étais au Péninsula à Bangkok. J’ai pu aller à Bangkok, visité le Grand Palais à Bangkok sans être trop gênée par mon dos. Seul le retour en avion avec Turquish Airlines n’aura pas été à la hauteur…


Rédigé par Christel Caulet

le 30 novembre 2017

Tags :

Rejoignez le club Jet-Lag-Trips

4 Comments

Leave a comment