Ayers Rock, la carte postale d’Australie

Arriver jusqu’à Alicia Springs en Australie était comme un challenge. Du coup, comme je suis là, je décide d’y rester plusieurs jours et d’explorer le moindre recoin malgré ce maudit soleil qui ferait cuire n’importe quoi tellement qu’il fait chaud même si les déplacements autour prennent de suite des proportions incroyables. Direction Ayers Rock, lors d’un voyage Australie. J’entre déjà dans le centre rouge aborigène, avec des paysages somptueux, de toute splendeur.

Ayer Rocks, la carte postale d'Australie
Ayer Rocks, la carte postale d’Australie

Visiter Ayers Rock, la carte postale d’Australie

Programme de la journée pour ce voyage en Australie : Ayers Rock aussi connu pour être le beau rocher d’Australie dans l’hémisphère sud dans une immensité réelle. Un peu comme dans le superbe Grand ouest américain, les sensations vous rattrapent. En fait, ce monolythe rouge en plein paysage désertique est une énigme d’une certaine manière. Ses couleurs changeantes en font le centre d’attention. Uluru, sa désignation aborigène, surgit dans le désert aride à plus de 300 kilomètres d’Alice Springs. Autour de lui, rien. Mais alors vraiment rien. Pour arriver jusque-là, c’est aussi un sacré challenge lorsqu’on décide de partir en Australie.

Le plus grand monolithe du monde est Uluru, une formation rocheuse de 348 mètres située au milieu d’un désert inhabité. C’est le site le plus connu d’Australie et ses couleurs semblent changer selon l’heure de la journée. C’est l’un des emblèmes de l’Australie. La montagne-île psychédélique passe d’une couleur ocre-orange à un rouge-brun en passant par une teinte rose foncé. Ayers Rock est situé à 440 km au sud-ouest d’Alice Springs. Il est accessible par avion depuis Alice Springs, Cairns, Darwin, Perth et Melbourne. Alternativement, les visiteurs peuvent voyager par la route et basculer via un chemin goudronné. Les points de vue sont bluffants.

Rocher desert

Situé à 440 kilomètres d’Alice Springs, cet immense rocher rouge s’impose et laisse son empreinte sur tous les prospectus publicitaires d’Australie. C’est un peu la Tour Eiffel de France. Avec les hôtels et les motels autour… Sincèrement impossible de ne pas comprendre depuis la route principale qu’ici il y a ce fameux rocher de terre rouge. Ici, je suis dans l’arrière pays à l’occasion d’un roadtrip itinérant en Australie. Une zone reculée, éloignée des grandes villes australiennes. A visiter lors de voyages sur mesure, hors des sentiers battus.

Ayers rock nom aborigène

Ici, la place est ces parcs nationaux fabuleux, oubliez donc les clichés de la grande barrière de corail, classée au patrimoine mondial de l’Unesco et ses belles plages grandioses. On est dans le bush au vrai sens du terme. Il fait chaud. Aucune végétation qui laisse à penser qu’aucune faune ne puisse survivre dans un tel environnement. Les théories sur le passé parlent d’un passe-temps ancestral qui a contribué à transmettre le temps du rêve.

Ayers rock taille

En fait, c’est neuf kilomètres de circonférence, trois de long, 350 mètres de hauteur avec un canyon grandiose. Un sacré iceberg de sable, quand même. D’ailleurs, pour les spécialistes, c’est l’un des plus gros inselbergs au monde, comprenez un relief  isolé dominant un plateau. Parce qu’autour, il ne peut y avoir que quelques hyènes qui y rodent. Rien de plus. Pas un kangourou n’est venu nous dire un bonjour. A part des serpents et des hyènes, le lieu n’attire guère les convoitises. Le site est gigantesque. Je reste là quelques minutes à observer ce calme et cette quiétude au pays des kangourous. Partir visiter et découvrir ce bel endroit avait quelque chose de mythique.

Ayers rock campground

Vieux de 500 millions d’années, ce rocher a résisté à l’érosion en raison, notamment, de sa « solide homogénéité pétrographique – essentiellement composée d’arkose ». Je vous rassure, je ne me suis pas transformée en géologue. J’ai juste bien écouté mon guide ! L’endroit est précieux si j’en crois le nombre de touristes présents. Mais comme il y fait très chaud, je décide de bouger et d’y revenir en fin de journée. Visiter l’Australie à la carte était un  privilège.

Il n’y a pas de campground pour garer son véhicule à Ayers Rock. Par conséquent, quand vous venez de rouler pendant des heures, ben vous devez végéter dans le désert dans l’espoir de trouver un endroit pas trop isolé. Un peu galère quand même quand vous vous retrouvez à galérer pour vous garer dans l’outback australien. 

Avis ayers rock

Je n’ai pas regretté mon choix pour ce voyage d’exception pour ces vacances en Australie car les lumières changent et du coup, le rocher devient encore plus majestueux au coucher de soleil. Un conseil aux voyageurs : Allez-y en soirée. C’est un spectacle à couper le souffle lors d’un voyage sur ce continent à l’autre bout du monde qui vaut le détour. Je rêvais de voir des koalas également. Même si je rêvais de voir Sydney, Melbourne…

Que vous décidiez de voyager par le centre de l’Australie ou non, Uluru doit figurer sur votre itinéraire. Néanmoins, vous risquez d’être déçues. Pourquoi ? Parmi les sites du patrimoine de l’UNESCO, la roche du désert aux origines aborigènes avait attiré mon attention. Ma fascination pour ce rocher vient de la façon dont il peut exister au milieu du désert et ne pas encore savoir d’où il vient. Uluru, une grande formation rocheuse au milieu du pays, devrait être sur l’itinéraire de n’importe qui. Je trouve qu’Uluru est un spectacle exceptionnel à voir. De plus, je recommande aux gens de le visiter comme l’un des sites du patrimoine de l’UNESCO. J’étais complètement captivé par la roche du désert parce qu’elle n’avait aucune idée d’où elle venait, même au milieu d’un désert aride.  Mon expérience à la suite de cela m’a appris à tempérer mes attentes dans un endroit donné.

Aboriginal ayers rock, vraiment ?

L’accueil n’est clairement pas à la hauteur. Nous nous dirigeons vers le centre dans l’espoir d’en savoir plus sur la culture aborigène après avoir terminé notre visite. Dans les années 1950, les Australiens s’emparèrent d’une zone réservée comme havre sacré par la population indigène. Ils l’ont utilisé pour le tourisme tout en ignorant sa signification religieuse et en violant les traditions des indigènes.

Un bail d’exploitation de 99 ans a été accordé au gouvernement en 1985, il est actuellement détenu par le gouvernement. Quand je suis arrivée à la réserve, je m’attendais à trouver des employés autochtones qui y travaillaient. Cependant, ce n’était pas le cas! Quiconque pose des questions sur la culture aborigène recevra des réponses utiles de gentils Australiens. Aussi étrange que cela puisse paraître, les aborigènes ne sont pas intéressés à travailler dans leur propre centre culturel. Après avoir exploré les détaillants d’artisanat locaux, nous poursuivons notre visite. Dans le parc, nous rencontrons un non-aborigène australien qui observe des filles et des femmes aborigènes posant des engins sur le sol.  Cette représentation de l’esclavage moderne me dégoûte !

Caractère mystique

Forcément, l’envie d’y grimper dessus m’envahit. Mais il fait beaucoup trop chaud. Je préfère profiter du spectacle que d’aller me prendre un énième coup de soleil. De plus, le gravir est un pêché selon les croyances aborigènes. Uluru est un site sacré pour eux… Des peintures et des dessins rupestres prouvent que la zone est occupée depuis au moins 30.000 ans.

L’explorateur anglais William Gosse a découvert le lieu pour la première fois. Si le lieu est fabuleux à voir, il n’en demeure pas pour autant sans intérêt pour l’histoire des aborigènes. Car la découverte du site pousse les Blancs à vouloir assimiler la zone. Dans les années 1940, des pistes routières sont construites à proximité du site pour poursuivre ce voyage découverte en Australie.

N’hésitez pas à aller voir sa voisine, la montagne Kata-Tjuta, composée d’une trentaine de dômes rocheux qui d’après les récits, est encore plus sacrée pour les aborigènes qu’Uluru. Symbole de grands espaces, le site appartient à la culture locale dans ce parc national.

Ayers rock age

En 1958, le rocher rouge est intégré au parc de l’Ayers Rock-Mont Olga, nouvellement créé dans le but de développer le tourisme. La Réserve du Territoire du Nord se charge de la gestion du lieu. En 1976, via l’Aboriginal Land Rights, le gouvernement rend aux aborigènes de la région une partie de leurs terres, mais la concession est en demi-teinte : Les autorités australienne s’octroient, d’un autre côté, Ayers Rock en l’intégrant dans un « Parc national d’Uluru ». Mais après des années et des années de lutte pour leur bien, les aborigènes récupèrent en 1985 le Parc qui prend alors le nom d’Uluru-Kata Tjuta. Aujourd’hui, les Anangu le gèrent en relation avec les agents gouvernementaux du Parc national.

Suite de ce voyage aventure : Quelques jours de repos à Alicia Springs avant de filer vers le site Devil’s Marbles

Ayers rock resort

Pour dormir à Ayers Rock : J’avais eu beaucoup de chance à l’époque de cet itinéraire de voyage. J’avais dormi à Emu Walk Apartments même si cet hôtel est ultra cher pour ce que c’est. En fait, je n’avais pas eu le choix car tous les autres hôtels affichaient complets. Pensez donc à réserver votre hébergement à l’avance parce que sinon, c’est très cher. Malgré le prix, l’hôtel était vraiment top ! L’appartement est vraiment très beau on s’y sent bien immédiatement. Tout est fonctionnel et propre. L’emplacement est parfait, le wifi marche bien. Il y a même une piscine mais j’avoue je n’ai pas eu le temps de la tester..

Ayers rock restaurant

Pour manger à Ayers Rock : J’avoue je n’étais pas aussi regardante à l’époque que je ne le suis aujourd’hui. A l’époque je me nourrissais de plats rapides à emporter – des pâtes asiatiques qui étaient très bonnes. Mais ne vous inquiétez pas il y a tout ce qu’il faut sur place pour se faire plaisir et pour tous les budgets aussi.

Valise ayers rock

En hiver, les températures nocturnes peuvent chuter extrêmement bas. Inclure des tenues pour temps froid lors de l’emballage sera une bonne option.

Photos australie Ayers Rock

Pourquoi ayers rock est si important pour les aborigènes ?

Ayers Rock, également connu sous le nom de Uluru, est considéré comme sacré par les peuples aborigènes Anangu. Il est un lieu de pèlerinage important pour la célébration des rituels culturels et spirituels, ainsi qu’un lieu de mémoire pour les récits ancestraux et les histoires traditionnelles. Il est également considéré comme un lieu de guérison et de renouveau, et est lié à de nombreux mythes et légendes. En raison de son importance culturelle et spirituelle, les aborigènes Anangu ont demandé à ce qu’il soit respecté en tant que lieu sacré et que les visiteurs respectent leurs pratiques et coutumes.

Comment visiter ayers rock ?

Il y a plusieurs façons de visiter Ayers Rock (Uluru) en Australie:

  • En voiture : Il y a un parking à proximité d’Uluru où vous pouvez laisser votre véhicule. Il est également possible de louer un véhicule pour explorer la région.
  • En bus : Il y a des visites en bus depuis Alice Springs et Yulara (le village proche d’Uluru) qui incluent un guide pour vous montrer les points d’intérêts.
  • En avion : Il y a des vols directs depuis les grandes villes australiennes comme Sydney et Melbourne vers la ville de Ayers Rock, ou Yulara, le village proche d’Uluru.
  • En marchant : Il y a des sentiers pour marcher autour d’Uluru et pour grimper sur la roche. Il est important de noter qu’il est interdit de grimper sur Uluru depuis 2019, en raison de la signification culturelle et spirituelle de la roche pour les Aborigènes Anangu. La boucle de la Vallée des Vents (valley of the winds) est longue d’environ 7 kilomètres et forme un circuit au cœur du massif rocheux. Vous trouverez de nombreux itinéraires de randonnées sur place.

Il est important de noter que pour visiter le Parc national d’Uluru-Kata Tjuta, un billet d’entrée doit être acheté. Il est également important de respecter les règles et les pratiques culturelles locales, notamment en évitant de photographier les sites sacrés et en respectant les demandes des Aborigènes Anangu.

Quand aller a ayers rock ?

Il n’y a pas de mauvaise saison pour visiter Ayers Rock (Uluru) en Australie, cependant, la meilleure période dépend de vos préférences personnelles. Les températures peuvent être extrêmement chaudes en été (décembre à février) et il peut y avoir des risques d’incendies de forêt, alors que l’hiver (juin à août) est plus frais, mais peut être plus agréable pour les randonnées.

  • Si vous voulez voir la roche rouge d’Uluru dans toute sa gloire, visitez-la tôt le matin ou tard le soir, lorsque les couleurs changent et qu’elle est illuminée par les rayons du soleil.
  • Si vous voulez voir les formations rocheuses de Kata Tjuta (les Montagnes des Ombres), visitez-les en fin de matinée, lorsque les ombres donnent une meilleure perspective.
  • Si vous voulez voir les étoiles : le ciel est très dégagé dans cette région, il est donc idéal pour l’observation des étoiles.
  • Si vous voulez vous immerger dans la culture aborigène, visitez-le pendant les célébrations culturelles telles que les Tjukurpa Kantju, qui ont lieu tout au long de l’année.

Il est également important de noter que le parc est fermé à certaines périodes de l’année pour des raisons de conservation. Il est donc important de vérifier les horaires d’ouverture avant de planifier votre voyage.

Pourquoi il ne faut pas monter sur le uluru ?

Il est interdit de monter sur Uluru (Ayers Rock) depuis 2019 en raison de la signification culturelle et spirituelle de la roche pour les peuples aborigènes Anangu. Pour eux, Uluru est un lieu sacré qui est lié à de nombreux mythes et légendes, ainsi qu’à des rituels culturels et spirituels importants. Les Anangu croient que l’escalade d’Uluru viole la sérénité spirituelle de la roche et peut causer des dommages physiques et émotionnels à ceux qui la gravissent.

En outre, l’escalade d’Uluru peut également causer des dommages physiques à la roche elle-même. Les sentiers d’escalade ont été créés il y a des décennies et ont causé des dommages importants à la surface d’Uluru, y compris l’érosion, les marques de chaussures et les déjections d’oiseaux.

Enfin, l’escalade d’Uluru est devenue de plus en plus dangereuse au fil des ans en raison de la chaleur, de l’érosion et de la désescalade croissante. Il est donc important de respecter les souhaits des Aborigènes Anangu et de ne pas monter sur Uluru pour préserver la signification culturelle et spirituelle de la roche, ainsi que pour protéger la sécurité des visiteurs et la conservation de la roche elle-même.

Qui sont les propriétaires d’ayers rock ?

Ayers Rock (Uluru) est actuellement propriété de l’Australie et gérée par le Parc national d’Uluru-Kata Tjuta, qui est administré par les Services australiens des parcs nationaux. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas. Avant 1985, Uluru était propriété privée et gérée par un groupe de propriétaires non-aborigènes. Cependant, en 1985, le gouvernement australien a acheté la roche et les terres environnantes pour les restituer aux peuples aborigènes Anangu, qui sont les descendants directs des propriétaires traditionnels de la région.

Depuis lors, Uluru a été gérée conjointement par les Services australiens des parcs nationaux et les Anangu, qui ont un rôle actif dans la gestion de la roche et des terres environnantes. Les Anangu ont également un rôle important dans la protection et la conservation de la signification culturelle et spirituelle d’Uluru, ainsi que dans l’éducation des visiteurs sur les pratiques culturelles et les coutumes locales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×

La dernière édition de Jet-Lag magazine est disponible !

popup magazine