Le relais de Laguiole, l’hôtel parfait

Familial Hôtel

Vous savez oh combien j’adore fouler les hôtels. Ce week-end, j’étais encore dans mon département de naissance, l’Aveyron. Après avoir redécouvert le Sud avec le Gite de luxe du Dandélion dans les Gorges du Tarn, nous avons opté pour l’Aubrac et ses grandes étendues vierges de toute présence humaine. Un bol d’air frais qui revitalise au vrai sens du terme.

Découvrir l’hôtel Best Western Le relais de Laguiole

Il y  a quelque chose de fascinant à fouler ces petites adresses. J’adore ça ! L’idée de vous trouver un hôtel de rêve est forcément un excellent stimulant. Alors pour ce voyage sur l’Aubrac, autant être honnête, cela faisait un bon bout de temps que j’avais envie de fouler ces terres où les vaches sont plus nombreuses que les êtres humains. Ce début septembre s’avérait être une période parfaite, les journées étant encore suffisamment longues pour pouvoir en profiter. J’avais rencontré Céline, la directrice du Relais de Laguiole, il y a un an à peu près, à Top Résa. Je lui avais promis que je viendrais voir son hôtel restaurant. Et comme je tiens parole, j’y suis allée.

A ma grande surprise – très sincèrement, je ne m’attendais absolument pas à une telle qualité pour cette enseigne Best Western. La faute sans doute à une boite email qui croule de mails dégoulinant de superlatifs à chaque nouvel hôtel créé que je n’avais jamais mis les pieds dans un Best Western. Peut-être la faute à une image un peu vieillotte dans laquelle j’avais rangée ces hôtels. A tort visiblement. Il faut dire aussi que je connais bien Laguiole en Aubrac, j’y ai travaillé comme journaliste à Centre-Presse pendant près d’un an et demi avant que mes CDDs ne s’arrêtent, la faute à une angine survenue malencontreusement. Bref, toujours est-il qu’aller sur l’Aubrac faisait partie de mes projets. Céline m’avait donc proposée lors de notre rencontre à venir visiter son  hôtel de charme à Laguiole en Aubrac. A côté des pâturages, il y a bien ce chemin de Saint Jacques de Compostelle – le GR25- qui passe où les randonneurs passent avant de rejoindre Conques.

Un accueil chaleureux

Lorsqu’on arrive à Laguiole, on s’attend forcément à voir son taureau, ses couteaux, sa fromagerie. Jusque-là, rien n’a changé, le taureau est toujours au même endroit, les coutelleries restent les mêmes et la fromagerie de la Jeune Montagne sert toujours du Laguiole AOC. Mais aller sur ces terres que les vaches de race Aubrac habitent, ça, je ne l’avais pratiquement jamais fait. J’avais eu un jour de transhumance, la chance de participer à une randonnée qui était géniale sur le thème des fleurs de l’Aubrac dont on tire un thé. Mais mise à part cette randonnée pédestre, je ne m’étais jamais aventurée au volant de mon véhicule sur les plateaux de l’Aubrac. Trois départements – Aveyron, Lozère et Cantal – s’entrecroisent sur vingt-cinq mille hectares et se partagent ces terres précieuses vierges de toute présence humaine. De Nasbinals en Lozère à Chaudes-Aigues au Cantal en passant par Laguiole dans le département de l’Aveyron, à chaque fois, la même sensation de liberté totale et d’évasion. Ce pays de grands espaces vous dispatche ça et là ses panoramas étourdissant de calme et de beauté, avec ce bel horizon où se mêlent les chemins pris au hasard, à travers les collines et les forêts de sapins. Seules les vaches imperturbables restent autour des burons à pâturer… Le paysage vous inspire et vous apaise littéralement. Ce retour aux sources, j’en avais besoin. Alors c’est non sans fierté que je suis partie sur les traces de mes aïeuls, dans cette France qui n’a jamais eu peur de retrousser ses manches pour travailler.

Ici, les gens sont réputés pour être âpres en affaire et avoir la peau dure, la faute au temps parait-il. Pourtant, à chaque fois que j’y suis allée, j’ai chaque fois été reçue mieux que dans certains palaces parisiens où on vous regardent 20 fois de haut en bas avant de vous dire bonjour. Sur l’Aubrac, aucun danger de faux pas vestimentaire, l’authenticité se cultive. Les gens sont brut de décoffrage et disent tout haut ce qu’ils pensent.  Ce qui n’est pas pour me déplaire. Donc quand j’arrive au Best Western Le Relais de Laguiole, très sincèrement, je ne m’attends pas à grand chose. J’espère juste avoir un lit suffisamment confortable pour pouvoir le recommander dans ces pages. Mais faute est de constater que rien ne s’est passé comme je l’avais imaginé.

A l’accueil, une jeune femme absolument charmante nous accueille chaleureusement et nous enregistre tout en nous faisant la discussion. Rien d’intelligible ou de trop compliqué à suivre. Mais juste un intérêt remarqué sur notre parcours et nos pérégrinations de la journée, le béa-bah de la convivialité. « Voici la chambre  2006, c’est au deuxième étage. N’hésitez pas à nous prévenir si vous souhaitez venir manger ce soir. On vous réservera une chambre « , nous dit-elle en nous retenant la porte de l’ascenseur. On grimpe alors vers notre chambre. Quand on entre dans cette chambre, un long couloir  vous tient en haleine. J’ai toujours un peu d’appréhension lorsque je découvre une chambre confortable.  Là, c’est immense. Un lit ultra large et un coin salon font face à un balcon qui s’ouvre vers l’extérieur. Côté décoration, rien de très remarqué. C’est un jaune pale classique sur les murs, une tv  à écran plat accroché en hauteur. Des éclairages classiques illuminent le lieu. Enfin une salle de bain colossale ! La salle de bain privative attenante est immense. Son seul défaut : Son éclairage extérieur. Quand on se réveille en pleine nuit, il faut savoir où est situé ce satané bouton sans mettre la lumière partout. Mis à part ce détail, cet espace est vraiment spacieux.

Une bonne cuisine de produits régionaux

Comme il est déjà tard, nous décidons d’aller manger au restaurant de l’hôtel. Après un apéro dans l’espace dédié, nous entrons dans la salle du restaurant d’un calme olympien et ce, malgré la présence de jeunes enfants. En fait, le lieu leur a réservé une aire de jeux pour enfants. La commande passée, on nous sert un velouté de carotte au curry qui est à tomber. Littéralement. Un peu plus, j’en perdrai mon latin. C’est doux, pas hyper épicé, suffisamment agréable en bouche. Puis vient le tant attendu Aligot. Alors là, les amis, autant être claire et nette, j’ai un bac +25 en aligot. La faute à un papa qui était chef cuisto et qui a fait ses gammes chez la « Germaine », une institution de l’aligot sur l’Aubrac. J’ai donc été élevée entre tomme fraiche et tomme ancienne. Mon palais s’est gustativement développé, il a été aiguisée, limée pour savoir faire la distinction entre ce qui était un bon aligot un mauvais aligot. D’où mon expertise reconnue et avérée depuis par les grands de la cuisine.

Là, l’aligot qui m’est servie est bon. Ce n’est pas le meilleur aligot que j’ai mangé mais pas le dernier non plus. Loin de là, à vrai dire. On y trouve tous les détails qui font de ce plat sa légitime notoriété. Un mélange ailé a été ajouté à la purée de pomme de terre. Il file bien. Les pommes de terre ont du goût. Cet aligot m’est servie avec un filet de veau avec une sauce aux pleurotes qui me donnent littéralement envie de décrocher les rideaux. La viande est fondante, légèrement rosée comme je l’aime. Il n’y a rien à redire sur ce qui se trouve dans ces assiettes. C’est vraiment une excellente cuisine traditionnelle de produits du terroir qui y est proposée.

Il est alors temps d’aller faire dormir mes yeux. L’air de la montagne aidant, je m’endors sans grande difficulté. Le lendemain matin, après une excellente nuit grâce à cette très bonne literie, il est alors temps d’aller prendre un petit déjeuner gargantuesque. J’avoue là encore avoir été très étonnée par la qualité de la prestation proposée. On y trouve tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un hôtel de ce calibre là. Viennoiserie, fromages, charcuterie, gâteau, pains variés aux graines, confitures, beurres, pâte à tartiner, jus d’orange, orange entière pour ceux qui auront l’énergie de bon matin pour se préparer un jus d’orange, jus de pomme, café et surtout on y trouve également des produits sans gluten pour les personnes ayant de problèmes allergiques. Si j’avais déjà remarqué ce type de prestation dans quelques palaces parisiens, j’étais très loin d’imaginer trouver ce type de détail dans un Best Western sur l’Aubrac. Bref, tous les ingrédients sont là pour prendre le petit déjeuner.

Un spa détente

Il est alors temps d’aller découvrir le spa. Le lieu est au sous sol et abrite une cabine de massage en tandem et un hammam. Au rez de chaussée, on trouve également une immense piscine chauffée et couverte avec toboggan aquatique pour les enfants. Sans oublier un sauna et un jacuzzi pour se ressourcer. Si je n’ai pas tester l’espace sauna, j’ai apprécié le jacuzzi aux jets d’eau ultra puissants. (J’ai même eu des courbatures le lendemain, c’est dire).  Des cosmétiques bio sont disponibles.

Un très bon rapport qualité prix

Au final, j’ai eu la chance de tester ce qui à mes yeux ressemble à l’établissement hôtelier parfait, simple et fonctionnel.  Une chambre spacieuse, un spa agréable, un restaurant au top, que demander de plus pour même pas 100 euros la nuit.

L’hôtel Le Relais de Laguiole est situé en retrait de la rue principale de Laguiole.

Les plus : Literie très confortable, douche à l’italienne spacieuse très appréciable, proximité et petit-déjeuner complet. Le personnel est particulièrement agréable et dévoué aux petits soins. Wi-fi gratuit.

Les moins :  Peut être que l’espace salle de bain pourrait être amélioré avec une séparation de l’espace douche. Mais c’est très personnel.

Découvrir des visuels du Best Western Relais de Laguiole

Le petit déjeuner du relais de l'Aubrac Le petit déjeuner du relais de Laguiole

Pause café dans la chambre du relais de l'Aubrac- Pause café dans la chambre du relais de Laguiole

La chambre du relais de l'Aubrac La chambre du relais de Laguiole

Le coin pour l'apéritif du relais de l'Aubrac Le coin pour l’apéritif du relais de Laguiole

Espace salon au relais de l'Aubrac Espace salon au relais de Laguiole

L'aire de jeux pour enfants au relais de l'Aubrac L’aire de jeux pour enfants au relais de Laguiole

Le spa du relais de Laguiole Le spa du relais de Laguiole

Notez cet hôtel
snipet-image

La bonne adresse

Espace Les Cayres,

12220 Laguiole

05 65 54 19 66

à partir de 89€


Rédigé par Christel Caulet

le 18 septembre 2018

5 commentaires

  • j

    […] Bref, j’espère et je suis sure que certains blogueurs voyage reviendront dans mon département… Et je l’espère vivement… Peut être auront-ils la chance de s’adonner à notre culture aveyronnaise au vrai sens du terme… Pour découvrir l’Aveyron vous pourrez séjourner dans des hébergements luxe en Aveyron ou des hôtels familiaux à Laguiole avec le Relais de Laguiole. […]

  • j

    […] pour Decazeville dont le souvenir de mes voyages scolaires était le plus présent. Je laissais les grands espaces de l’Aubrac aux fanas de photos et Millau aux exploits de blogueurs sportifs, Belcastel aux passionnés de […]

  • j

    […] avec des paysages incontournables en Aveyron. Vous savez, ce type de pause, le temps d’un week-end prolongé qui vous booste le moral avec une mise au vert. Et bien , la Tissanderie, c’est totalement cela. Une grande maison qui revêt des allures de […]

  • j

    […] à l’occasion de La fête de la Marmotte à St Geniez d’Olt près des monts de l’Aubrac où nous avions visité le Relais de Laguiole. On passe sur le pont qui fut le départ du développement de ce village construit au départ sur […]

  • j

    […] le cadre d’un voyage en Aveyron nous avons passé un week-end à l’ancienne en Aveyron ! C’est un peu l’idée de la Singulière ! Une chambre d’hôte comme on aime à […]

Un petit mot à ajouter ?